Le groupe d’Obhiroy du Centre de lecture et d’animation culturelle (CLAC) de Chemin-Grenier a remporté le premier prix du concours Jeux scéniques, organisé par l’Independent Commission Against Corruption (ICAC) en collaboration avec le ministère des Arts et de la Culture. La finale a eu lieu, lundi 26 août, au théâtre Serge Constantin à Vacoas.
Le centre de Chemin-Grenier faisait partie des cinq finalistes à ce concours dans le cadre de la campagne de prévention et de lutte contre la corruption organisée par le département Éducation et prévention de l’ICAC.
Le groupe a présenté un sketch autour du thème de la corruption et du bakchich. Ils mettent en situation deux jeunes qui cherchent un emploi : une jeune femme qui en a bien besoin pour soutenir sa famille pauvre et un jeune homme issu d’une famille riche mais qui se rend compte que faute de certificat approprié pourrait ne jamais trouver un emploi convenable et pour qui la seule solution réside dans l’argent. Il tente de corrompre la recruteuse. Celle-ci prise dans un dilemme : l’embauche du plus méritant ou accepter le pot-de-vin qui allégerait sa vie. Les jeunes ont clairement démontré des situations dichotomiques dans lesquelles pourraient se trouver n’importe qui et où, seulement les valeurs morales pourraient les sauver et maintenir une société juste.
Le deuxième prix a été attribué à l’école des handicapés SDL enregistrée auprès du CLAC de Montagne-Longue. Les jeunes de cet établissement ont mis en exergue la discrimination et l’exploitation auxquelles ils pourraient faire face à cause de leur handicap lors de la recherche d’un emploi et ce même s’ils ont une formation appropriée. La pièce se termine sur un message d’espoir avec le recrutement dans le respect d’un jeune handicapé.
Ossamah Noor Mohamed du CLAC de Pailles et Trisha Ramjheetun du centre de Chemin-Grenier ont chacun présenté un slam. Obhiroy Dewnath a ensuite dit un poème en solo sur le thème « détermination ». Après les représentations et la délibération du jury, tous les participants ont reçu un certificat.
Lors de son intervention, le directeur de la division Prévention et Education de l’ICAC, Isswar Jheengut a mis l’accent sur la campagne de prévention et d’éducation de l’ICAC « pour libérer le pays de ce fléau ». Pour lui, les expressions artistiques font partie d’un des moyens de communication pour sensibiliser les jeunes. À travers les expressions artistiques, les jeunes s’engagent à devenir « des soldats anti-corruption ». Selon lui, ils grandiront avec dans l’esprit une île Maurice intègre, une des valeurs pour combattre la corruption. M. Jheengut indique qu’une attention particulière est accordée à la formation des enfants.
Pour sa part, le secrétaire au cabinet du ministère des Arts et de la Culture, Chettandeo Bhugun, s’est réjouie de cette collaboration entre l’ICAC et le ministère de tutelle. Selon lui, les expressions artistiques sont un moyen tout indiqué pour faire prendre conscience aux jeunes qu’il est facile de se laisser prendre au piège et comment faire pour éviter ce genre de situation et vivre une vie intègre. Il a aussi encouragé les jeunes à participer à des activités artistiques pour leur propre épanouissement. La participation à des cours est l’occasion de faire montre de ses talents, a-t-il souligné.