L’association régionale océan Indien Synergie jeunes organise un concours régional destiné aux jeunes entrepreneurs porteurs de projets d’entreprise. Le lancement de l’édition locale, l’Eagle Entrepreneur Award, a eu lieu hier matin à Ébène en présence de Raj Mohabeer, chargé de mission à la Commission de l’océan Indien (COI), de Roshan Sewtohul et de Rookum Aubeeluck, président et directeur de la Banque de développement (DBM) respectivement.
Convaincus que l’entrepreneuriat est une solution à la crise du chômage, les jeunes de l’océan Indien, avec le soutien de la COI, se sont regroupés en association depuis plus de quatre ans et militent pour le changement de mentalité parmi les jeunes. À plus forte raison, monter un projet d’entreprise va bien au-delà de l’argent puisque souvent c’est un rêve pour le jeune, une passion, fait ressortir le président de l’association Jessen Marden, lors de la conférence de presse. Raj Mohabeer de la COI note que tous les ans, un demi-million de jeunes débarquent sur le marché du travail dans les cinq îles de l’océan Indien, une demande qui va bien au-delà de l’offre. Ainsi, selon lui, il faut que les jeunes soient au courant qu’ils peuvent eux-mêmes être créateurs d’emploi et non des chercheurs d’emploi. Avec Synergie jeunes, laisse-t-il entendre, ils ont l’occasion de travailler en réseau. Jessen Marden indique que le concours a pour but de permettre aux jeunes de valoriser leur projet d’entreprise en décelant la fibre entrepreneuriale, en dynamisant les entreprises, en leur apportant un soutien financier et en encourageant des partenariats.
L’Eagle Entrepreneur Award est ouvert à deux catégories de participants : des entrepreneurs en activité, établis depuis moins de deux ans, et des jeunes porteurs de projet d’entreprise. Le participant doit être âgé entre 18 et 35 ans. Il a jusqu’au 17 octobre pour soumettre son dossier de participation sur le site du DBM www.dbm.mu. Il doit joindre à son dossier une pièce d’identité et un CV pour la catégorie jeunes porteurs de projets ; et le certificat d’incorporation de son entreprise, un CV et une photocopie du bilan financier, des deux dernières années, pour la catégorie jeune entrepreneur. Le comité organisateur précise que tout dossier incomplet sera refusé. Une première sélection sur dossier aura lieu par un jury composé de quatre personnes dont les noms seront connus au courant de la semaine. Les candidats seront jugés sur l’originalité et la viabilité du projet, la qualité et la pertinence de son business plan (ndlr : Jessen Marden indique qu’un modèle de business plan est proposé sur le site de la DBM et le candidat est appelé à le remplir), la clarté et la qualité de sa présentation, la contribution au développement durable, son profil et son parcours. Six projets dans chacune des catégories seront sélectionnés.
La deuxième étape sera un week-end résidentiel les samedi 26 et dimanche 27 octobre à partir de 9 heures à Calodyne sur mer. Chaque finaliste devra venir avec deux personnes pour la concrétisation de son projet en 24 heures. Il bénéficiera des conseils des professionnels et un contact direct avec des chefs d’entreprise. Le dimanche 27, chacun fera une présentation de son projet et le gagnant de chaque catégorie sera connu. Ils recevront chacun Rs 50 000 de la DBM, somme qui sera intégrée dans un prêt qu’ils contracteront auprès de l’institution. « Ce sera un don, qu’il n’aura pas à rembourser », précise le directeur de la DBM au Mauricien. Les gagnants participeront au concours régional prévu pour le 11 décembre à Maurice. Il verra la participation des entrepreneurs et jeunes porteurs de projets de La Réunion dont les deux gagnants sont déjà connus, de Madagascar, des Comores et des Seychelles. À noter que le concours est lancé simultanément à Rodrigues aujourd’hui.