Un réseau d’amoureux du jardinage et des espaces verts s’est réuni autour de l’éditeur Christian Lecomte pour lancer le concours du « Plus beau jardin de l’Île Maurice ». Somdath Buckory qui a piloté l’opération Fleurir Maurice pendant des années avec Marcel Lagesse, lorsqu’elle était à l’office du Tourisme apporte elle aussi son soutien à l’idée aux côtés du Rotary Club de Port-Louis avec Uday Gujadhur, des pépiniéristes, du groupe La Sentinelle et de la MCB qui sponsorise le concours.
L’amour de plantes et du jardinage ne connaît pas de frontière tant qu’on a un petit coin à cultiver. Aussi les organisateurs du concours « Le plus beau jardin de l’île Maurice » ont prévu de récompenser les jardins privés et publics, et dans ces deux grandes familles de reconnaître aussi bien les petits jardins privés de moins de 100 m2 que ceux couvrant 100 à 500 m2 et ceux dépassant les 500 m2. Les éco-jardins seront également reconnus lors du concours. En matière d’espace public, il s’agit de récompenser les efforts accomplis dans les jardins publics, squares et autres parcs, aussi bien que dans les espaces verts des entreprises ou encore ceux du secteur hôtelier.
Les candidats potentiels peuvent d’ores et déjà commencer à préparer leur jardin en vue de soumettre leur candidature en septembre prochain. La cérémonie de remise des prix est programmée en novembre. Au-delà de la distribution de distinctions, l’objectif de ce concours est bien entendu d’informer et de sensibiliser le plus grand nombre à l’embellissement des espaces verts et à la protection de nos paysages. Les critères de sélection retenus pour définir les plus beaux jardins du pays sont notamment l’originalité, la propreté, l’intérêt écologique et l’endémisme et enfin l’organisation des espaces. Christian Lecomte considère ce concours comme une première étape pour changer des paysages mauriciens…
Depuis la dernière édition du concours Fleurir Maurice à la fin des années 90, les paysages mauriciens ne cessent de connaître des transformations modelées par les nombreuses nouvelles constructions. Les organisateurs estiment que le moment est venu de relancer l’intérêt pour les espaces verts et le sens des responsabilités en mettant en avant des critères esthétiques et environnementaux. Comme le fait remarquer Somdath Buckory, il ne s’agit pas seulement de montrer un beau pays aux touristes en visite, mais surtout « de penser à nos enfants et à l’avenir du pays ». L’ancienne N° 2 de l’Office du Tourisme (aujourd’hui connu comme la MTPA) entend développer le goût pour la beauté et insiste particulièrement sur la responsabilité de chacun dans l’embellissement des portions de rues et des bernes qui se trouvent à l’extérieur devant les jardins et propriétés. Sur ce point, Christian Lecomte la rassure tout de suite : « We will look on every corners ! »