Samedi dernier a eu lieu au MGI l’élection de Miss India Mauritius 2014. C’est Shyanshini Sunnassee, 19 ans, qui a remporté la couronne. Ses deux dauphines sont Vandana Makoonlall et Mahita Sooriah. La jeune femme est élue ambassadrice de la culture indo-mauricienne et participera à l’élection de Miss India Worldwide à Dubaï, en juin prochain. Nous l’avons rencontrée au siège de l’organisation Miss India Mauritius à Ébène.
Celle qui vient d’être élue Miss India Mauritius nous reçoit au siège de l’organisation Miss India Mauritius à Ébène. C’est ici que Shyanshini Sunnassee recevait pendant six mois des formations avec les 19 autres jeunes candidates. Vêtue d’un tailleur vieux rose et chaussures talons hauts de couleur rose plus foncée et installée sur une chaise, elle garde les jambes bien serrées et en oblique, les mains gracieusement posées sur ses elles. Les cours de maintien ont été au menu de la préparation des Miss au concours. Souriante et sereine, on sent déjà l’aisance des entretiens, l’habitude de la pose et la confiance en soi. Shyanshini Sunnassee a des étoiles plein les yeux lorsqu’elle parle de la grande soirée. «Je ne m’attendais pas du tout à être élue. C’est un rêve de petite fille qui se réalise», dit-elle.
Toute jeune, elle ne manquait aucun concours de beauté devant son poste de télévision : «Je me souviens qu’enfant je jouais à la Miss et récitais des discours de remerciement à mon grand-père». Elle était encore loin de se douter qu’elle passerait un jour de l’autre côté de l’écran et surtout remporter la couronne. Son plus, dit-elle : «Je suis restée moi-même, naturelle». Et cela en dépit du fait qu’elle était souffrante lors de la finale. «J’étais fiévreuse et faible», affirme-t-elle. Pourtant, rien ne laissait apercevoir qu’elle était malade. Sa démarche, sa personnalité mais aussi ses talents de danseuse ont séduit le jury — les candidates ont été jugées après quatre passages: présentation, épreuve de questions/réponses (culture générale), expression artistique, tenue indienne (sari). Elle qui n’a jamais pris des cours de danse a présenté une danse contemporaine sur la musique de The Piano Guys, « Don’t you worry child ».
Pour cette habitante de Quatre-Bornes, l’aventure commence à l’annonce du concours sur les journaux. La compétition est adressée aux Mauriciennes de culture indienne. Sans hésiter une seconde, elle s’inscrit. «Pour être honnête, je me suis inscrite surtout pour la formation ; cela comprenait le public speaking, la danse, les arts martiaux, les cours de maquillage, les photoshoot, mais aussi pour me faire de nouveaux amis. J’y ai découvert un monde full of glam», dit-elle.
Shyanshini n’est pas à son premier concours de beauté. Il y a un an, elle participait à l’émission de téléréalité « Beauty Queen » proposée par Nalini Aubeeluck, artiste connue du showbiz à Maurice, où elle a été classée parmi les cinq finalistes.
Son expérience dans cette émission qui propose à des jeunes femmes de démarrer une belle carrière dans le domaine de la mode, a servi. «C’est vrai que je suis bien dans ma peau. Je suis à l’aise sur un podium comme avec le micro à la main. Avant ma participation à Beauty Queen j’étais très timide, je manquais confiance en moi. Toutefois, mannequinnat et concours de beauté sont deux mondes assez différents. D’abord, la démarche n’est pas la même. Une Miss doit être plus gracieuse, plus féminine, dans sa démarche. Pour une Miss, il s’agit de projeter une image de soi, tandis qu’un mannequin doit savoir valoriser un vêtement, un produit. Pour moi, cela a été une préparation mentale. J’ai dû travailler dur pour changer mon attitude de mannequin pour devenir une vraie Miss. »
Simple, mais classe
À seulement 19 ans, elle se dit complètement transformée et très loin du garçon manqué qu’elle était. «J’affirme ma personnalité dans ma manière de m’habiller. Avant j’étais un « tomboy ». Aujourd’hui je fais attention à ce que je porte. Il faut que ma tenue soit impeccable au quotidien. Et je porte toujours des talons pour aller travailler. J’aime ce mélange de féminité et de classe. J’aime la femme simple, mais classe».
La jeune femme d’1m68 est employée à la State Bank et étudie la loi. En dehors de son travail et ses études, elle aime pratiquer le jogging et les sports nautiques. Shyanshini est issue d’une famille de trois enfants : elle a une soeur âgée de 16 ans et un frère de 9 ans. Celle qui se décrit comme étant très « Family oriented », aventurière, amicale et bavarde veut soutenir The Cancer Association Mauritius (CANMA) et se battre contre la leucémie qui touche les enfants. Cela fait six mois que la miss travaille sur ce projet de société qui lui tient particulièrement à coeur. «J’aime les enfants et je compte m’investir pleinement dans ce projet. Durant mon année de règne, je compte organiser des foires pour récolter des fonds et venir en aide aux enfants atteints de la leucémie. Je souhaite aussi soutenir les orphelinats.»
Aujourd’hui, pour se consacrer entièrement à la préparation du concours international Miss India Worldwide qui aura lieu dans quelques semaines, elle a mis toutes ses autres activités entre parenthèses. Comme les Miss des années précédentes, dont Janita Deerpaul (Miss India Mauritius Pageant 2013) et Uraysha Ramrachia (Miss India Mauritius Pageant 2012) qui ont toutes deux remporté l’écharpe de Miss Photogénie à Miss India Worldwide, Shyanshini souhaite aussi revenir avec un titre. «J’ai bénéficié de nombreux conseils de Janita Deerpaul».
Les préparatifs ont déjà commencé pour l’élection internationale où 40 représentantes de pays différents seront en lice pour succéder à la Britannique Nehal Bhogaita. «Je me sens prête pour affronter les questions. Mais parfois, il y a le trac et puis savoir l’actualité c’est une chose et savoir répondre aux questions, c’est autre chose. En tout cas, je souhaite garder le niveau».
La représentante mauricienne portera dans sa valise toute une collection de vêtements et d’accessoires offerts par plusieurs sponsors.