Minien Sinsamy, un des lauréats du concours Samba 2014 dans le cadre de la Coupe du Monde de football 2014 au Brésil, réclame des dommages de l’ordre de Rs 3 M à Play on Line Ltd et Viva Voce Ltd (Radio One), les organisateurs, pour n’avoir pas honoré leurs engagements. Ce sergent de police devait par ailleurs se rendre aujourd’hui à la Police des Jeux pour effectuer une déclaration, accompagné de son homme de loi, Me Rouben Mooroongapillay.
Dans une mise en demeure servie à Play on Line Ltd et Viva Voce Ltd, Minien Simsamy soutient avoir été leurré par celles-ci et fait état, dans ce document légal, d’une série de mésaventures vécues au Brésil. Selon ce sergent de police, ce concours s’est avéré un « attrape-nigaud » et les deux organisateurs du concours ont « failed in their duties towards him to make necessary arrangements for him to attend the World Cup Final » et ont commis à son égard un « breach of contract ».
Un jeu concours avait été lancé, avec la collaboration de Radio One, dans le cadre de la Coupe du Monde 2014 au Brésil offrant l’opportunité à deux clients de Play On Line Ltd de remporter un billet chacun pour la finale de la compétition le 13 juillet au stade mythique de Maracana à Rio de Janeiro. Le voyage était « tous frais payés ».
Minien Sinsamy et un dénommé Coomaren Murdy, qui a également consigné une déposition à la police, étaient les deux gagnants du concours. Ils avaient reçu leur prix des mains du champion du monde de football de 1998, Robert Pirès, lors d’un cocktail organisé le vendredi 6 juin au restaurant Xia à Bagatelle. Le grand prix comprenait les billets d’avion, un ticket pour la finale, les transferts et Rs 25 000 comme argent de poche et un hébergement à l’hôtel Galicia. La cérémonie avait bénéficié d’une couverture médiatique. Minien Sinsamy soutient qu’il a dû faire pression sur Play On Line et Radio One une semaine après l’événement pour que le chèque de Rs 25 000 lui soit remis.
Durant le cocktail, le CEO de Play On Line, Bryan Foo Kune, avait énoncé publiquement les privilèges et détails au gagnant du concours et une lettre lui a été remise par la star internationale du ballon rond, où il était expliqué que le Chief Sports Editor de Radio One viendrait le chercher à l’aéroport de Rio de Janeiro et lui remettrait le ticket de la finale et qu’il assurerait les différents transferts de l’hôtel, l’aéroport et au stade de Maracana.
Minien Sinsamy affirme être passé par des moments stressants tant à l’aéroport SSR et qu’à son arrivée au Brésil. Selon lui, un préposé de Radio One l’a informé à quelques minutes de son départ de Maurice que le responsable des sports de la radio ne serait pas à l’aéroport de Rio comme convenu, alors qu’il devait atterrir au Brésil à 2 heures du matin.
Minien Sinsamy explique qu’il a dû se démener pour se rendre à son hôtel, faisant face à la barrière de la langue. Il ajoute qu’il craignait à un moment pour sa sécurité dans ce pays étranger. Il soutient qu’il a dû payer de sa poche le taxi pour se rendre à l’hôtel et sa série de surprises devait continuer en constatant que le niveau de l’hôtel était inférieur à celui promis, car mal entretenu et avec dans des conditions hygiéniques déplorables. Dans la mise en demeure, il soutient qu’il avait compris qu’il allait loger en pension complète dans l’hôtel en question mais que sur place, on lui a seulement accordé le petit-déjeuner, qui comprenait de la viande porcine, qu’il ne consomme pas, étant de foi hindoue. Le plaignant affirme n’avoir mangé que du pain et du beurre durant son séjour.
Minien Sinsamy affirme avoir rencontré Bryan Foo Kune le 11 juillet et lui avoir fait état de ses doléances. Mais selon le sergent de Police, le CEO de Play on Line aurait fait la sourde oreille. Qui plus est, il ne lui a pas remis le ticket tant promis pour accéder à la finale de la coupe du monde. Bryan Foo Kune l’a informé par la suite que le ticket lui allait être remis par le Chief Sports Editor de la station radio. M. Sinsamy relate que la veille du match, il a été informé par le Chief Sports Editor de Radio One qu’il serait dans l’incapacité de lui remettre le ticket de la finale. Lorsqu’il a demandé des explications à son interlocuteur, ce dernier lui a répondu que la compagnie chargée d’offrir le ticket n’a pu être en mesure de le faire. Le lendemain, il a essayé d’entrer en contact avec le Chief Sports Editor mais on lui a informé que ce dernier avait déjà quitté l’hôtel. Le plaignant affirme être resté seul à l’hôtel, sans aucune indication de la marche à suivre, et sans aucune assistance dans un pays inconnu. Il a quitté Rio de Janeiro le 15 juillet.
Minien Sinsamy affirme avoir été « deceived, shocked and appalled » par l’attitude « peu professionnelle » des deux compagnies visées dans la mise en demeure et qu’il s’est retrouvé dans une situation embarrassante car son nom et ses photos ont été publiés dans les médias.
Cette histoire, ajoute-t-il, a causé un préjudice immense à lui et à sa famille.