“Je slame pour ma patrie”, tel était le thème imposé mercredi pour la finale du concours de slam 2014 de l’Institut Cardial Jean Margéot (ICJM). Lors de la finale, les participants ont slamé sur des sujets touchant l’actualité. Ils ont dansé, chanté et slamé devant leurs parents, amis, et enseignants.
Les gagnants sont, dans la catégorie primaire, Maureemootoo Laeticia Britney, Miniandee Lovina et Marday Pierre Karl Emilie (Notre Dame des Victoires), Samuel Marie Eloisa, Vytelingum Ruben et Toofany Shehbaaz (Robert Edward Hart), Rumjeet Hania Begum et Mosafeer Azhar IBN Rashid (New Pailles Government School). Dans la catégorie secondaire les gagnants sont François James Kevin Bradley, Léopold Joseph Stevenson et Jean Baptiste Noel (Mont Lubin College) en ex aequo avec Rishna Badhain Adrien Le Merle et Rishna Badhain (Le Bocage). Sooprayen Navishen (James Burty David SSS), quant à lui, était ex aequo avec Doriana Marie Denis (Manillal Doctor SSS).
Cette année, le concours a réuni une vingtaine d’écoles primaires et secondaires. Les jeunes sont arrivés très tôt pour remplir leurs feuilles de participation. La plupart des textes ont été écrits par les jeunes eux-mêmes et démontrent leur connaissance des problèmes qui touchent la société. « Avan nou ti pe pran grinder pou koup bann zarb, aster nou pe utiliz li pou koup bann madam avan zet li dan kanal. Mo ena onte pou dir ki mo enn zom kan mo tann violans kont bann madam », a ainsi déclamé un jeune garçon de 12 ans lors de son slam.
D’autres ont utilisé l’humour pour faire passer leurs messages et séduire les membres du jury par des chants et des gestes. « Nou morisien, nou rouz kouma zepis, nou ble kouma lesyel, nou zonn kouma soley ki pe bril nou lapo ek nou ver kouma lanatir e nou bann zen nou pe dir ki Moris lil dirab », disait ainsi un groupe de jeunes de Rodrigues.
« Nous avons donné des notes assez hautes pour toutes les performances car ils ont un talent fou et il fallait les encourager au maximum. Je trouve que certains textes étaient magnifiques sur des sujets qui touchent l’actualité. À travers leurs slams, on peut constater à quoi pensent les jeunes, quelles sont leurs questions, leurs souffrances aussi. C’était une très belle compétition et chacun d’entre eux mérite de gagner », a expliqué un membre du jury lors de la remise des prix.