Le grand gagnant du concours télévisé Le Boss sera connu le samedi 2 juillet. Organisé par la Banque de Développement de Maurice, le jeu a pour but d’encourager l’entrepreneuriat, l’innovation et le développement chez les entrepreneurs. Présentation des sept derniers candidats de ces dernières semaines.
Nabiilah Hyath est une créatrice d’entreprise dans le domaine de la rédaction de site web. Également étudiante, elle soutient que son équipe « connaît la force des mots et croit en un juste partage de richesses ». Elle souhaite ainsi développer sa société basée à Maurice afin de proposer des services internet aux sociétés françaises. « Nous offrons un autre modèle de développement pour les femmes et les personnes ne pouvant quitter leur domicile. L’informatique pour tous doit devenir une réalité pour que chacun puisse en vivre », lance la jeune femme.
Ricaud Aza a quant à lui comme projet la fabrication de bio-diesel mauricien. Cet entrepreneur, qui a travaillé comme soudeur et cultivateur d’algue pendant douze ans, dit représenter « la débrouillardise mauricienne ». Il est convaincu que « là où il y a un problème, nous sommes capables de créer de grandes opportunités ». « Je veux apporter une touche de folie à notre économie pour que des solutions innovantes nous aident à mieux vivre. »
Danesswar Sarjua, le directeur des conserveries Sarjua, aimerait pour sa part apporter une réflexion et un projet à long terme à l’île Maurice. Son projet consiste à produire de la farine locale pour une autonomie alimentaire réelle et construite. « Plus qu’une vision ou un projet, c’est une nécessité pour notre pays, une alternative à un risque mondial. Notre pays a besoin de cette action. Si je remporte le premier prix (NdlR : Rs 100 000), je pourrais réaliser mon projet. »
Dorelio Bernard, lui, est un passionné d’art qui a été formé dans les meilleures écoles de Maurice. « J’aime la vie, j’aime créer la vie et je sais rendre unique les lieux, les objets qui me sont confiés », dit-il. Cet entrepreneur compte à travers son projet promouvoir l’art déco au service des bâtiments, marques et véhicules. « Je vais créer un lieu de production pour mettre mon art au service de tous. Je suis unique, je veux permettre à tous d’exprimer leur être. À la base je suis peintre mais je touche un peu à tout. J’aimerais donc mettre toutes mes qualités d’artiste à la disposition des Mauriciens. »
« Gourmande et exigeante. » C’est ainsi que se décrit Chandrawtee Cotting, qui avoue aimer relever les défis. Elle aimerait créer une pâtisserie fondée sur le plaisir du chocolat et de la pâtisserie fine. « Pour mon projet, j’ai su m’entourer des compétences nécessaires à satisfaire les plus exigeants. Je souhaiterais faire redécouvrir les plaisirs infinis du chocolat ! »
Ved Luchmun, directeur de Maubon Foods Manufacturing Co. Ltd, est le spécialiste des chips de banane. Son projet est de doubler les capacités de production de sa compagnie, conduire et inspirer les nouvelles filières dans le domaine de la banane. « Je suis localement très apprécié, internationalement reconnu… En plus de créer des emplois, je veux être le porte-drapeau du développement écologique. En donnant vie à mon projet, l’on me permettra de créer des emplois. »
Ramraj Chuckun est lui un grand passionné du bois exotique. Son but est de valoriser et préserver nos richesses oubliées. Son projet est de refaire vivre des chutes de bois mauricien en les retravaillant pour obtenir un produit fini esthétique. « J’ai en moi l’amour du bois et l’envie de valoriser les déchets pour un développement durable de notre artisanat local. Chacun de mes produits porte bonheur… »