Ancien enseignant de physique et recteur au Collège du Saint Esprit, Raymond Rivet a présenté hier deux tables périodiques des éléments chimiques — qu’il a conçues en 1976 et 1979 — dans le cadre de la conférence internationale de la chimie qui se tient depuis lundi au Hilton à Flic-en-Flac. La version originale de spectroscopie et la version simplifiée, qui comportent plus de détails pour la formulation des équations, sont utilisées par les étudiants de l’île depuis plusieurs années. Ayant reçu l’appréciation de trois Prix Nobel, Raymond Rivet souhaite faire connaître son travail au niveau international.
L’idée d’effectuer un travail de recherche sur la version originale de la table périodique basée sur l’Electron Configuration a germé lors d’une présentation en 1965, alors que Raymond Rivet était le chef du département de physique au Collège du St-Esprit. Le tableau périodique des éléments, également appelé table de Mendeleïev, représente tous les éléments chimiques, groupés selon leur numéro atomique. Ce tableau est la représentation la plus usuelle de la classification des éléments chimiques. Ainsi, l’objectif des recherches de Raymond Rivet était d’analyser la possibilité de concevoir une nouvelle table périodique qui pourrait donner de nouveaux outils aux scientifiques pour la formulation de leurs équations et autres matières. En effet, l’auteur a consacré quatre années de travail à la première table — la version originale de spectroscopie — et à deux autres pour la deuxième version : la simplifiée.
Or, ce qui différencie les tables de Raymond Rivet des autres tables périodiques chimiques c’est qu’elles sont les seules qui proposent une Quantum Number Table complète avec le système périodique. Ces détails représentent un avantage pour les étudiants ainsi que les scientifiques pour la formulation des équations. Présente à cette conférence hier, Safeenaz Alladin, étudiante en chimie en dernière année à l’Université de Maurice (UoM) et qui a d’ailleurs aidé Raymond Rivet à la reproduction de ses tables sur des posters, a confié au Mauricien que les détails additionnels que comportent les tables périodiques est d’un grand soutien. Les étudiants de HSC également peuvent y trouver une version simplifiée, avec des données très précises sur la structure électronique des atomes.
Ces tables contiennent ainsi des données inédites qu’on ne trouve dans aucun livre de chimie et de physique publié avant 1979. L’originalité de son tableau réside dans le fait qu’il est schématiquement fondé sur des détails de la structure électronique des atomes. Élément qui n’est pas compris dans les tableaux antérieurs.
En 1979, après la publication de ses travaux, Raymond Rivet a également envoyé une copie des ses tables aux États-Unis et en Grande-Bretagne. Son travail a obtenu l’avis favorable de plusieurs experts en matière de classification des éléments chimiques, dont trois Prix Nobel en l’occurrence le Pr Glann Seabord de l’Université de California, le Pr Steven Weinberg (Université de Harvard) et le Pr Abdus Salam (Imperial College de Londres). Au niveau local, le travail de Raymond Rivet est aussi apprécié par les chercheurs. 33 ans après, il a été présenté hier lors de cette conférence qui a réuni 130 participants issus de 31 pays : les tables périodiques de Raymond Rivet figuraient parmi les 80 posters de chercheurs affichés dans le cadre de la conférence. Bien que ces tables connaissent déjà un succès à Maurice, Raymond Rivet souhaite maintenant les faire connaître au niveau international.
Par ailleurs, la deuxième conférence internationale sur la chimie pure et appliquée, organisée par l’Université de Maurice prend fin aujourd’hui. Les objectifs de la conférence sont notamment de discuter, partager les idées et tenir les participants au courant des dernières recherches par rapport à la chimie et les éclairer sur la contribution de la chimie pour un avenir durable. 150 participants y ont assisté. L’idée de cette rencontre, souligne le Pr Henri Li Kam Wah, président de l’ICPAC (International Conference on Pure and Applied Chemistry) et professeur de chimie à l’UoM, est aussi de combiner les ressources et la technologie disponibles en vue de mettre à contribution la chimie dans l’étude des différentes branches de la science.