L’ancien président de la Sugar Industry Labour Welfare Fund (SILWF), Bidianand Jhurry, condamné à purger neuf mois de prison au lieu de 12 en appel, aura recours au conseil privé pour contester le verdict des juges Asraf Caunhye et Nirmala Devat rendu lundi dernier. C’est  l’Independent Commission against Corruption (ICAC) qui avait enquêté dans cette affaire et qui avait initié un procès contre Bidianand Jhurry sous une charge de “making use of his office for gratification whilst being a public official”. La cour lui avait alors infligé une peine d’un an de prison. En appel, Bidianand Jhurry devait contester la décision de l’ICAC d’avoir initié des poursuites contre lui. Cependant, les juges Caunhye et Devat ont maintenu sa culpabilité, mais devaient toutefois réduire sa sentence à neuf mois de prison. Bidianand Jhurry avait 20 jours, à compter du 13 juillet, pour faire savoir s’il fera appel du jugement de la cour d’appel. L’ancien président de la SILWF s’est ainsi présenté devant la magistrate Ida Dookhy-Rambarrun, en Cour intermédiaire hier pour indiquer qu’il fera avis d’appel contre le jugement prononcé par les juges Caunhye et Devat. Pour le moment, c’est à la Cour suprême de trancher si Bidianand Jhurry pourra faire appel ou pas devant le conseil privé. Il a retenu les services de Mes Viren Ramchurn et Lockraj Nuckchady.
Pour rappel, Bidianand Jhurry avait été reconnu coupable d’avoir, en 2005, « abusé de sa position » de président du conseil d’administration du Sugar Industry Labour Welfare Fund en facilitant le recrutement de membres de sa famille, soit ses trois fils, son neveu et sa bru. Bidianand Jhurry avait été inculpé sous cinq chefs d’accusation. La cour intermédiaire lui avait alors infligé un an de prison le 19 juillet 2011.