Dix jours après l’intervention du ministre des Administrations régionales, Hervé Aimée, exhortant Louis Pallen, N° 1 des pompiers, à prendre les mesures nécessaires afin de soulager les conditions de travail des soldats du feu, la Government Services Employees Association (GSEA) Fire Fighter Cadre (FFC) déplore que la situation en soit au même point. Outre une nouvelle manifestation des soldats du feu, son président Ashraf Buxoo, revenant sur les principaux points abordés lors de la rencontre avec le ministre, n’écarte pas la possibilité d’une grève de la faim devant le QG des sapeurs-pompiers à Port-Louis.
« Cela va faire plus de dix jours qu’Hervé Aimée a demandé à Louis Pallen de revoir certaines conditions de travail et à ce jour, nous ne voyons toujours rien », affirme M. Buxoo. Le président de la GSEA FFC, interrogé hier au téléphone, est revenu sur la réunion au bureau du ministre à laquelle étaient présents les officiers de son ministère, Louis Pallen, Chief Fire Officer (CFO) et les représentants syndicaux. Lors de cette réunion, les questions du time-off, du paiement des returning leaves, de la révision du temps de travail de la Rescue Team et de la mauvaise gestion du management ont été abordées. Cette réunion a eu lieu après la manifestation des pompiers dans la capitale au début de l’année et des nombreuses conférences de presse pour dénoncer les conditions de travail. La GSEA FFC salue la position du ministre : « Il a été à l’écoute de nos soucis et a demandé à M. Pallen d’apporter les corrections nécessaires principalement pour les time-off leaves et le paiement des returning leaves. C’est impensable qu’un officier qui travaille un jour de congé public bénéficie de deux jours de congé au même titre que celui qui travaille de nuit un jour de congé public », dit. Pour M. Buxoo, la révision de cette décision est cruciale. « La logique veut que ceux qui travaillent de nuit bénéficient de quatre jours de congé », a-t-il expliqué. Concernant la Rescue Team, le représentant syndical souhaite que cette équipe puisse travailler sur un normal shift 24 h sur 24 et 7 jours sur 7. « Dife pena ler pena minit kot li eklate. Li pa pou gete si Rescue Team pe travay ou non. Li inportan ki sa lekip-la travay kouma bann lezot ofisie dan pei ». À ce jour, les membres de cette équipe ne travaillent qu’entre 8 h et 16 h. D’où la demande pour la diversification des operating hours. Le CFO a également reçu l’ordre de réviser le nombre d’officiers opérant dans les principales stations. « Nous n’avons qu’un officier attaché à une station. Le volume de travail est trop important pour que cela perdure », soutient notre interlocuteur, qui accuse de laxisme le N° 1 des sapeurs-pompiers. « Le ministre a été clair. Louis Pallen devait apporter des changements sur tous ces points. Qu’attend-il pour agir ». C’est dans cette optique que la GSEA FFC brandit une nouvelle menace de manifestation dans la capitale. « Si nos revendications ne sont toujours pas prises en considération, nous n’hésiterons pas à aller de l’avant avec une grève de la faim ».