Le Mauritius Institute of Training and Development Non Training Staff Union a réuni la presse mercredi pour commenter les nouvelles conditions de travail proposées par le ministre de l’Éducation. « Le ministre a tenu compte de nos représentations et nous sommes satisfaits », souligne son président Subash Choony. Il fait comprendre que c’est une rencontre avec Vasant Bunwaree le jeudi 16 juin qui a « débloqué » la situation et « dommage que certains syndicats du MITD veulent s’accaparer de la paternité de notre démarche ».
« Après l’approbation de la MITD Act le 16 novembre 2009, il y a eu la fusion de l’ex-IVTB, l’ex-TSMTF et du Lycée Polytechnique Guy Forget avec un nombre de personnel qui tourne autour de 700. Les employés ont reçu leur letter of offer en avril. Ils ont cependant exprimé certaines doléances sur leur nouvelle grille de salaire et leurs nouvelles conditions de travail », a rappelé Subash Choony. « Nous avons réalisé que les schemes of duties ont été augmentés alors que les salaires ont diminué. Selon l’article 28 (3) de la MITD Act “your conditions of work will not be transferred less favourably”. Pourtant, de nombreuses conditions ont changé et certaines sont mêmes discriminatoires ! »
Après avoir fait part de leurs représentations au ministre de l’Éducation Vasant Bunwaree, le MITD Non Training Staff Union a finalement obtenu une rencontre avec lui le 16 juin. « Nous lui avons fait part des problèmes des employés et des propositions par rapport à la nouvelle structure du MITD et les conditions du travail », explique son président du syndicat.
Le syndicat a entre autres réclamé que : les nominations et conditions de travail soient régis par le MITD Board et non le ministère de la Fonction publique ; les employés aient les mêmes conditions de travail sous l’ex-IVTB et l’ex-TSMTF, les nouvelles conditions soient préparées en consultation avec les syndicats ; tous les employés bénéficient d’au moins de trois increments.
« Le ministre de l’Éducation nous a informé que nos requêtes rejoignent celles qu’il avait faites aux syndicats il y a un an et qu’elles n’avaient pas été prises en considération », souligne Subash Choony. « M. Bunwaree nous a écouté. Cette réunion a été positive. « Le ministre nous a fait comprendre que nos conditions de travail et nos salaires resteront les mêmes. Il nous a proposé de nous joindre au MITD. Il nous a aussi informé que les employés auront une période moratoire d’un an avant de considérer les nouvelles options. »
Le MITD Non Training Staff Union se dit de ce fait satisfait de la tournure que prennent les événements. C’est aussi réconfortant, estime M. Choony, de savoir que les syndicats seront reconnus et auront l’opportunité de discuter avec la direction de MITD. Concernant les letters of offer, le syndicat attend que le management du MITD fasse le nécessaire dans les meilleurs délais pour « dissiper les appréhensions des employés ».
Le MITD Non Staff Teaching Union indique par ailleurs qu’elle prépare actuellement un document qu’il déposera au Pay Research Bureau. Le président du syndicat déplore que « certains syndicats du MITD veulent prendre la paternité de notre démarche ». « Si les autres syndicats avaient su négocier avec le gouvernement et la direction du MITD, on n’aurait pas perdu tous ces bénéfices depuis un an. En un mois d’existence, notre syndicat a pu décanter la situation et mettre fin à ce problème. Nous insistons que c’est notre rencontre qui a débloqué la situation et a permis à tous les employés d’en tirer profit », soutient M. Choony.