Non satisfaite des conditions d’emploi et du « laxisme » de la Private Secondary Schools Authority (PSSA), l’Union of Private Secondary Education Employees (UPSEE) appelle les employés des établissements secondaires privés à la ne pas aller travailler le lundi 8 octobre. Pour Yahya Paraouty, président de l’UPSEE, « rien ne va dans ce secteur ». Afin d’alerter l’opinion publique, le syndicat prévoit une marche pacifique dans les rues de Rose-Hill le 5 octobre our le Teachers’Day.
L’UPSEE pointe du doigt des institutions telles que la PSSA et le Mauritius Examination Syndicate (MES), en déplorant le « manque de dialogue » et des relations difficiles. « Nou pa dakor ditou avek manier pe tret bann dosie », soutient Yahya Paraouty. Pour la célébration du Teachers’Day le 5 octobre, l’UPSEE prévoit un forum débat au siège de la Confédération des Travailleurs du Secteur Privé (CTSP) à Rose-Hill. Cette première activité qui débutera à 10 h sera suivie d’une marche de protestation dans les rues de cette ville en direction du Plaza afin d’alerter l’opinion publique sur les conditions d’emploi des employés du secondaire privé. Affirmant que le ministère de l’Éducation fait la sourde oreille aux griefs de l’UPSEE, Yahya Paraouty l’accuse de « répression » à l’encontre des syndicalistes, qui sont privés de « time-off » pour participer aux activités syndicales. Le MES, ajoute-t-il, boycotte les membres de l’UPSEE concernant la surveillance des examens du School Certificate (SC) et du Higher School Certificate (HSC). « MES pa pe donn nou lokazion pou invigilate pou lekzame. Bann form aplikasion li disponib an debu dane dan bann kolez. Me lak kandidatir bann manb UPSEE refize sak fwa. Rezon ki MES avanse se ki “nou pena ase lexperians”. Se enn rezon ki na pa tenir larout. Mo ena plis ki 20 an leksperians dan sa domenn-la ». Une correspondance datant du 10 septembre a été envoyée à Lucien Finette, directeur du MES, afin d’exiger des explications sur cette « injustice ».
Face à tous ces problèmes, l’UPSEE demande donc aux employés des établissements secondaires privé de faire acte de « désobéissance civile » en ne se rendant pas au travail le lundi 8 octobre. Le silence de la PSSA sur divers dossiers agace l’union qui souligne qu’une seule rencontre a eu lieu avec le Standing Committee depuis sa création. « Depi mars (NdlR : création du Standing Committee par le ministère de l’Éducation) nou finn gagn enn sel rankont an juin. Nou pa pou kapav kontign travay koumsa », a lancé Yahya Paraouty, soulignant que « nous (l’UPSEE) avons coupé tous les ponts avec la PSSA ».