L’Union of Bus Industry Workers, en étroite collaboration avec la General Workers Federation, met les bouchées double en prévision de l’assemblée des travailleurs du secteur du transport vendredi. Ce rendez-vous sera une sorte de prélude aux négociations à venir avec le patronat sur la révision des conditions d’emploi, dont l’augmentation salariale. Tout semble indiquer, notamment avec les tracts faisant appel au rassemblement en circulation depuis quelque temps, que la mobilisation de cette fin de semaine sera importante…
En vue de permettre à un maximum de travailleurs de se rendre à cette assemblée qui marquera le coup d’envoi des rounds de négociations, les animateurs de l’Union of Bus Industry Workers (UBIW) et de la General Workers Federation (GWF) ont choisi de fixer l’heure du rendez-vous à 19 h à la Unity House, Beau-Bassin. Avec cet horaire stratégique, le service de transport en commun à travers l’île ne devrait par conséquent pas être pénalisé.
Après une série de réunions de consultations avec les travailleurs dans les divers dépôts, les dirigeants syndicaux se sont tout dernièrement mis à la distribution de tracts en vue de faire comprendre l’importance capitale de cette rencontre. « Après nos réunions aux quatre coins de Maurice, nous vous invitons maintenant à cette grande assemblée. L’heure est au rassemblement. Nous devons démontrer notre colère au patronat et faire comprendre au gouvernement que les travailleurs engagés dans le secteur du transport souffrent ! » écrivent dans le tract Imzad Beeharry (président de l’UBIW), Alain Kistnen (secrétaire de l’UBIW), Ashok Subron (UBIW-GWF) et Wakil Lalloo (UBIW).
Avec comme mot d’ordre « leve kouma enn sel lavwa » depuis le début de la campagne de mobilisation, les animateurs de l’UBIW – qui compte plus de 40 ans de lutte en faveur des travailleurs du transport – soutiennent que c’est la force des travailleurs qui fera la différence lors des épreuves à venir. « Vendredi, ce sera un grand jour. Les travailleurs doivent se faire un devoir d’être présents. C’est uniquement en se mobilisant et en s’organisant qu’on parvient à avancer. Nous verrons s’ils pourront déclencher le même mouvement que celui dans l’industrie sucrière », fait-on comprendre.
Une trentaine de résolutions importantes concernant les revendications et conditions d’emploi seront ainsi approuvées vendredi. Les dirigeants syndicaux entérineront également la date marquant le coup d’envoi des négociations avec l’intégralité des compagnies d’autobus. Jusqu’ici, cette liste de propositions provisoire indique qu’une demande sera formulée pour une augmentation salariale de 43 % pour l’intégralité des employés.
En vue de dresser une liste finale, qui sera à la base même des étapes de négociations à venir avec les employeurs, les 43 % d’augmentation salariale réclamés et d’autres propositions figurant sur l’actuelle pourront être modifiés. En attendant, les dirigeants des deux corps syndicaux donnent déjà le ton : « Ansam nou pou deside ki sime nou pou pran pou ki nou saler ogmante. Kouma nou pou bizin negosye ek eski nou pou fer lagrev legal si ena blokaz… »