Le 27 mai dernier, l’ex-juge de la Cour suprême Premila Balgobin a soumis les conclusions de son arbitrage dans le cadre du litige impliquant la direction et les salariés de Mauritius Telecom. Les réactions de la part des trois syndicats — Mauritius Telecom Employees Association (MTEA), Telecommunication Employees and Staff Association (TESA) et Telecom Workers Union (TWU) — ont été immédiates. Le président de la MTEA, Raj Rughoonauth, allant même jusqu’à brûler sa copie du rapport. Pour cause, ils estiment injustes et partiaux les points préconisés par Premila Balgobin.
À savoir que Premila Balgobin avait été nommée — après que les salariés ont rejeté le rapport Appanah (2008) — pour arbitrer les négociations entre les deux parties concernées. N’étant pas satisfaits des conclusions de ce dernier rapport, et las d’attendre que le comité exécutif de MT prenne en considération leurs doléances et que l’ex-juge accède à leur requête pour une rencontre, les syndicats envisagent de manifester cette semaine, indique Raj Rughoonauth, président de la MTEA. « Nous leur avons donné du temps, maintenant il est temps de passer à l’action », déclare Raj Rughoonauth, pour qui il risque d’y avoir une nouvelle fois l’épisode de 2008. Ce dernier réclame le paiement du Profitability Bonus, entre autres. Il prévoit également d’envoyer une lettre officielle à l’ex-juge pour renouveler sa demande de rencontre.
Pour sa part, Indiren Carpenen, président de la TWU, estime que Mme Balgobin a donné gain de cause à la plupart des propositions de la direction de MT. « Le rapport contient des faits troublants, des interprétations erronées et de ommissions de faits importants », soutient-il. Il estime par ailleurs que les décisions du rapport Balgobin viennent troubler la stabilité et la paix prônées par les collective agreements au sein de la compagnie.
Les principaux points de désaccord sont les suivants : le taux de l’augmentation salariale indiqué par le rapport Balgobin est de 16,7% tandis que les syndicats avaient proposé une marge de 25% à 36,6% ; la restauration des 37 jours d’annual leaves et 120 jours d’accumulated leaves préconisé par le rapport Matadeen ; le cas des 131 salariés de MT qui n’avaient pas opté, en 2008, pour les conditions de la période 2008-12, et ne bénéficient pas d’arriérés remontant à 2008 mais pour seulement 6 mois (or, ceux qui ont signé l’option form entretemps – soit durant la période 2008-12 et même durant les mois de janvier et février 2013 – recevront tous leurs arriérés) et ; en dernier lieu, les employés des grades SS3a et SS8a ayant été rétrogradés.
Un rapport évoquant les manquements et les points de désaccord a été soumis au conseil d’administration, par la MTEA en juin dernier, dans l’espoir d’obtenir une rencontre avec la direction de MT pour entamer des discussions et rouvrir ainsi les négociations. « Le Chairman de MT, Asraf Dulull, nous a dit que le département des ressources humaines de la compagnie se pencherait sur la question et qu’une rencontre, présidée par lui-même, devrait avoir lieu. Les syndicalistes sont actuellement dans l’attente d’une communication officielle de la direction pour connaître la marche à suivre. »
En attendant, une manifestation est prévue cette semaine à la fois pour réclamer le paiement du profitability bonus et pour attirer l’attention de la juge Premila Balgobin.