La Ministry of Health Employees Union (MHEU) envisage de manifester devant les locaux du ministère de la Santé à Port-Louis en vue d’alerter l’opinion publique. Elle déplore le « laxisme » du ministère qui, selon son président Amarjeet Seetohul, n’aurait pas répondu aux revendications de ce syndicat regroupant les Health Attendants sur les conditions de travail et le droit syndical.
« Cela fait plus de deux semaines que nous attendons une réaction du ministère de la Santé et à l’heure où je vous parle, rien n’a changé… » explique Amarjeet Seetohul. Pour le président de la MHEU, ce silence démontre « la mauvaise volonté » des autorités compétentes quant aux conditions de travail du personnel de la Santé et au droit syndical. D’où l’intention des membres du syndicat de manifester devant les bureaux du ministère « si la situation ne se débloque pas et si nous n’obtenons pas gain de cause ».
Le syndicat regroupant les Health Attendants avait aussi dénoncé le non-respect du time-off pour les activités syndicales par le ministère de la Santé. Celui-ci aurait ainsi accordé aux membres du syndicat une demi-journée en ce sens. Pour Amarjeet Seetohul, il serait convenable d’avoir trois demi-journées mensuellement pour les réunions.
La MHEU avait par ailleurs fait état de cas d’abus de pouvoir, dont ceux des hôpitaux de Souillac et de Candos qui ont été évoqués lors d’une conférence de presse le mois dernier. « Le ministre avait pris note des nombreuses lacunes lors d’une réunion en janvier mais à ce jour rien n’a été fait pour évacuer la frustration des employés de la Santé », explique le président du syndicat. « Lormus Bundhoo avait par la suite annoncé l’ouverture d’une enquête sur les cas d’abus, mais rien ne montre jusqu’ici que c’est le cas. »
La MHEU accorde ainsi une semaine aux autorités compétentes pour donner signe de vie. Autrement, elle compte aussi informer le Bureau international du travail de la situation.