La magistrate Yashumatee Gopaul, siégeant en Cour de District de Pamplemousses, a acquitté le chauffeur d’une 2×4 accusé d’avoir conduit avec imprudence, causant un accident impliquant son véhicule et un vélo tout-terrain. Le cycliste aurait été projeté sur le sol et aurait été blessé.
L’accusé, traduit en Cour de Pamplemousses pour répondre d’une charge de “driving without due care and attention”, avait plaidé non coupable. Les faits se sont produits dans la soirée du 19 février 2011 sur la New Trunk Road, près du rond-point de Terre-Rouge. Dans sa version, la “victime” explique qu’il quittait Grand-Gaube pour se diriger vers Port-Louis. Alors qu’il négociait le rond-point, une 2×4, qui avançaait dans sa direction, aurait brusquement heurté l’arrière de sa bicyclette, projetant la victime sur l’asphalte. Le chauffeur l’aurait alors emmenée à l’hôpital sir Seewosagur Ramgoolam, où le cycliste a été admis trois jours. Outre sa bicyclette, endommagée, la victime souffrait de blessures au front, aux coudes ainsi qu’aux mains. Dans sa déposition, le cycliste explique que l’accusé roulait à vive allure, heurtant alors la roue arrière de son vélo.
Se basant sur le rapport de l’accident, l’accusé devait pour sa part expliquer à la cour que les conclusions ont démontré que la partie avant de son véhicule n’avait connu aucun dommage, ne serait-ce même qu’une simple rayure, et que seule la partie arrière et le côté droit du véhicule avaient connu des dommages. Aussi, s’il avait roulé à vive allure, comme l’affirme la victime – et du fait de la puissance du moteur de son véhicule –, les roues arrières du vélo auraient dû être endommagées, ce qui n’était pas le cas. Et d’ajouter que les pédales se seraient cassées lorsque le vélo est tombé. Donnant sa version, l’accusé explique que la victime faisait, ce jour-là, « des zigzags » sur la route et que c’est le cycliste qui a touché le côté droit de son véhicule.
Dans son jugement, la magistrate Gopaul a pris en considération le rapport de l’accident. Selon ce rapport, il est établi que le véhicule a subi des dommages sur le côté droit et sur la partie arrière, et que seules les pédales du vélo avaient été endommagées. La magistrate devait ainsi conclure que les dommages occasionnés pouvaient résulter de l’impact du vélo avec le côté droit du 2×4. La juge devait aussi noter que la version de la victime alléguée n’était « pas claire » concernant la partie du véhicule qui aurait heurté la roue arrière de son vélo. Compte tenu des preuves avancées en Cour, la magistrate a ainsi décidé d’accorder le bénéfice du doute à l’accusé.