Le Premier ministre Navin Ramgoolam a estimé que le secteur de l’ICT-BPO représente un marché très significatif pour Maurice qui n’a pas encore développé tout son potentiel. Il intervenait, ce matin, à l’ouverture de la première conférence internationale sur le secteur de l’ICT-BPO à l’hôtel Le Méridien, Pointe-aux-Piments.
« Le secteur de l’ICT-BPO et celui des services financiers nous emmèneront vers le développement de la prochaine phase de notre économie. Aux investisseurs, je dis que le potentiel existe pour faire de Maurice un joueur global dans le domaine », a déclaré le Premier ministre. Il a indiqué que le gouvernement ne s’épargne aucun effort pour mettre en place les facilités nécessaires en vue d’inscrire cette vision dans la réalité. « Notre performance passée nous rend confiants pour l’avenir », a-t-il ajouté.
Selon M. Ramgoolam, le secteur des TIC grandit très vite à Maurice. « Nous voulons le rendre plus fort encore, non seulement pour la création d’emplois pour nos jeunes, mais aussi pour attirer l’expertise étrangère afin de permettre à cette industrie de se hisser à un seuil plus important », a-t-il souligné. Le PM a rappelé que lorsqu’en 1999, il a exprimé sa vision de transformer Maurice en une cyber-île, de nombreuses personnes ne l’ont pas cru. « Si on croit dans une vision, on ne devrait pas écouter ceux qui vous disent qu’on ne peut le faire », a-t-il fait ressortir. Aujourd’hui, a-t-il avancé, cette industrie est, non seulement en train de grandir avec une contribution à hauteur de 6,4 % au Produit intérieur brut (PIB), mais elle a un effet multiplicateur positif sur les autres secteurs de l’économie du pays.
Pour le ministre des TIC Tassarajen Pillay Chedumbrum, ce secteur est le pilier économique qui grandit le plus vite, avec une croissance de 14 % en moyenne sur les cinq dernières années. Avec ses 500 entreprises et 15 000 emplois, le secteur est très prometteur pour l’économie mauricienne, selon lui.
M. Pillay Chedumbrum a, ensuite, énuméré les différentes mesures prises par le gouvernement cette année pour renforcer le secteur de l’ICT-BPO. Le plan stratégique national 2011/2014, qui est un roadmap pour faire de ce secteur un plus grand pilier de l’économie, a été publié en juin dernier. Le National Broadband Policy, qui va relayer la vision stratégique de faire de Maurice une île intelligente et établir les objectifs nationaux, sera finalisé la semaine prochaine. Le gouvernement, a indiqué le ministre, dirige aussi la migration de l’IPv4 vers l’IPv6 pour s’assurer que tous les Mauriciens restent connectés à l’internet et que le « business may still proceed as usual », après la disparition du pool des adresses sous l’IPv4 à la fin de cette année. Un Task Force national IPv6 sera en place incessamment.
En outre, a souligné M. Pillay Chedumbrum, le gouvernement a institué un « open access policy » par rapport à l’accès à la télécommunication internationale. Ce qui stimule la compétition et permet aux compétiteurs d’offrir des services internationaux de qualité, 44 % moins chers qu’auparavant. La conférence qui se poursuit cet après-midi et demain, prendra fin vendredi après-midi.