Steve Obeegadoo a, en sa capacité de président de la Commission Éducation, Culture et Tourisme du parlement panafricain, agi comme modérateur général lors d’un atelier de travail organisé à Dakar les 20 et 21 mai derniers. L’atelier portait sur le rôle et la place de l’évaluation dans le pilotage et la réforme des systèmes éducatifs. Cet atelier s’inscrit dans le cadre de la mise en oeuvre du plan d’action du PASEC, qui accorde une place importante à l’accompagnement et au renforcement des structures nationales d’évaluation.  
Les objectifs de l’atelier étaient de mettre en relief l’importance de l’évaluation dans le pilotage et les  réformes des systèmes éducatifs, de faire un état des lieux des dispositifs existants dans les pays  participants, d’encourager les échanges d’expériences et de bonnes pratiques, et de proposer des pistes d’action afin d’optimiser l’exploitation des résultats des évaluations pour un meilleur impact sur les politiques éducatives. Des ministres en charge de l’éducation, des parlementaires et des experts nationaux de 12 pays d’Afrique subsaharienne francophone (Bénin, Burkina Faso, Burundi, Cameroun, Congo, Côte d’Ivoire, Mali, Niger, République démocratique du Congo, Sénégal, Tchad et Togo) prendront part à cette importante rencontre, qui se tient au moment où le PASEC est engagé dans l’évaluation internationale comparative des systèmes éducatifs des pays participants au présent atelier, hormis le Mali et la RDC.  
En associant des députés membres des commissions parlementaires chargées de l’éducation, la  Conférence des ministres de l’Éducation des pays ayant le français en partage (CONFEMEN) et son programme PASEC entendent offrir un cadre afin de sensibiliser sur l’importance de l’évaluation et d’échanger entre des acteurs politiques appelés à partager une vision de l’éducation.
L’étude descriptive et comparative sur les dispositifs d’évaluation en place dans les 12 pays a fait l’objet d’une première présentation lors d’un atelier tenu à Abidjan en janvier dernier. Les échanges ont permis de recueillir remarques, suggestions et propositions d’améliorations.
Le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire et le Sénégal ont fait des communications pour partager leurs expériences respectives sur l’usage des évaluations des acquis des élèves dans le pilotage du système éducatif. Des expériences de l’Afrique du Sud, du Canada (Ontario) et de la Pologne ont également  été présentées afin de partager le rôle que peut jouer la connaissance et le partage des résultats dans la  conduite des réformes éducatives.
Steve Obeegadoo a profité de cette rencontre pour avoir des entretiens avec le ministre de l’Éducation du Sénégal Serigne Mbaye Thiam, qui fait partie du Parti socialiste sénégalais, membre de l’International Socialiste. Il s’est également entretenu avec Pierre Sane, de l’Unesco.
L’un des moments forts de l’atelier est la table ronde des ministres, d’où? sortiront des stratégies et des recommandations relatives à une meilleure exploitation des résultats des évaluations dans les  politiques éducatives. Les résultats de cet atelier seront présentés à la 56e session ministérielle de la CONFEMEN, prévue en juillet à Abidjan et qui portera la voix de la Francophonie pour une éducation inclusive et de qualité pour tous. Le groupe de travail des correspondants nationaux membres du Bureau de la CONFEMEN se tiendra les 22 et 23 mai pour préparer ladite session ministérielle.  
L’atelier sous-régional sur le rôle et la place de l’évaluation s’inscrit dans le cadre d’un projet sur 3 ans, financé par la Banque mondiale, qui vise notamment à renforcer la gouvernance axée sur les  résultats dans le pilotage des systèmes éducatifs en Afrique subsaharienne francophone. Il est mis en  oeuvre dans le cadre du plan d’actions 2013-16 du PASEC, soutenu également par l’AFD, la  CONFEMEN et les pays participants aux évaluations PASEC.