La décision de la Commission de l’Union européenne d’abolir les quotas de sucre sur le marché européen à partir de fin septembre 2017 a été un des points fort de la 13e Conférence ministérielle des ACP sur le Sucre qui s’est tenue aux Îles Fidji du 14 au 18 octobre. « Nous n’avons pas d’autres choix que de changer et de nous adapter à l’évolution globale de l’environnement sucre. Nous devons explorer toutes les options possibles et scénarios pour transformer ces enjeux en opportunités », a déclaré le ministre l’Agro-industrie Satish Faugoo en tant que président de la Commission ministérielle des ACP sur le Sucre lors de son intervention.
Pour le ministre Faugoo, « les développements récents constituent une sonnette d’alarme pour nous tous ». « Nous ne pouvons continuer le business as usual. Le statu quo ne peut tout simplement être le choix pour les pays ACP. » Le ministre a souligné que l’UE demeure les principaux partenaires commerciaux des ACP et a maintenu que ces derniers devraient chercher des possibilités de créer des liens avec les marchés émergents et de tirer profit de la Coopération Sud- Sud et de l’intégration régionale. « Dans un environnement difficile, caractérisé par une concurrence féroce, nous devrions mener le processus de diversification en déplaçant l’accent de sucre à l’industrie cannière. Cette diversification devrait être orientée vers la production de biocarburants, de bioplastiques, de bio- cosmétiques et d’autres utilisations viables de sucre. Cela aidera à augmenter notre résilience », a soutenu le ministre Faugoo.
Le ministre de l’Agroindustrie a procédé à l’ouverture officielle de cette conférence. Dans son discours, il a soutenu que le secteur sucrier dans le monde a été fortement inf luencé par la libéralisation du commerce mondial en particulier avec deux plus grands producteurs sucriers mondiaux, à savoir le Brésil et l’Inde qui sont en compétition aujourd’hui. « Ce qui a résulté à la hausse dans la production mondiale de sucre et a exercé une pression sur les prix mondiaux du sucre. Cela peut pousser des pays ACP producteurs à grande échelle hors de la compétition. La pression de la concurrence est exacerbée par d’autres enjeux, dont la réforme du sucre de l’UE, les prix volatiles mondiaux, l’augmentation des coûts de la production, la concurrence des autres édulcorants, les effets du changement climatique et de la sécurité alimentaire et la pauvreté dans les communautés cultivant la canne à sucre », a expliqué Satish Faugoo.
Concernant le marché sucrier européen, Satish Faugoo a souligné que tous sont conscients que les institutions de l’UE sont parvenues à un accord sur le « Common Agricultural Policy (CAP) reform package » et que les quotas sucrier seront abolis à partir du 1er octobre 2017.
Satish Faugoo a rappelé la campagne qu’il a menée en sa capacité de président du Groupe sucre ACP ainsi que celle d’autres collègues des pays ACP, qui avaient mené une campagne de lobbying intensive en vue de sensibiliser l’UE de la vulnérabilité des producteurs de sucre des pays ACP et la nécessité de maintenir les quotas de l’UE jusqu’en 2020. « Nous avons soutenu fermement que l’abolition des quotas conduirait à l’instabilité des marchés et la volatilité des prix. Ce qui donnerait lieu à des risques aigus pour les producteurs sucriers des pays ACP. Ceux-ci favoriseraient l’affaiblissement des garanties apportées aux préférences commerciales de sucre pour les pays ACP », a souligné le ministre Faugoo.
Selon lui, pour être soutenable dans un tel contexte concurrentiel, il est impératif que les gouvernements mettent en place un cadre suffisant afin de créer l’environnement favorable nécessaire pour que l’industrie sucrière nationale prospère. Le président de la Commission ministérielle des ACP sur le Sucre a insisté sur les « Business facilitation Measures » telles que des réglementations f lexibles du travail qui sont justes et équitables, des réglementations de l’Environnement et des mesures pour réduire les coût des affaires. « Il est un fait qu’une réduction du coût de transport contribuerait efficacement à l’amélioration de la compétitivité de nos partenaires », a affirmé Satish Faugoo. « À cet regard, notre attention devrait également être orientée vers l’ACP Sugar Research and Innovation Programme pour renforcer la compétitivité de nos industries de sucre, consolider la capacité du centre de recherches capacités, assurer la diffusion d’informations et préparer les pays producteurs sucriers des ACP pour l’avenir », a-t-il conclu.