Paul Bérenger, dont la deuxième de sa série de conférence-débat avait pour thème « La Chine et la démocratie », a salué samedi les progrès considérables accomplis par la République Populaire de Chine depuis la révolution de 1949. Il a souhaité que la Chine réussisse sa démocratisation sans éclatement et qu’elle parvienne à mettre en oeuvre sa Constitution dans l’unité.
La salle du conseil de la municipalité de Port-Louis était bondée samedi à l’occasion de cette deuxième conférence-débat après celle organisée sur le thème « Le socialisme aujourd’hui » à la municipalité de Quatre-Bornes. Paul Bérenger a annoncé que la prochaine conférence sera consacrée aux Chagos et a promis de donner des détails particulièrement intéressants.
Le point central de la conférence de samedi était que la Chine a déjà connu des élections démocratiques en décembre 1911 qui avait porté le général Sun Yat–sen à la présidence. Paul Bérenger souligne que Sun Yat-sen a été un héros à cette époque et a été le plus grand révolutionnaire respecté jusqu’aujourd’hui par les communistes chinois. Il a créé le parti nationaliste chinois, le Kuomingtang (KMT). Président provisoire de la Chine, il passe la main au général Yuan Shikai le 10 mars 1912. Les élections générales de 1911 ont été les seules élections démocratiques qu’a connues la Chine. Ce fut un vote indirect. Les électeurs choisissaient des délégués qui, eux, élisaient le dirigeant. À peu près 10 % de la population avait voté à ces élections qui malgré cela était reconnues par tout le monde. C’est le parti de Sun Yat-sen qui obtint le plus grand nombre de voix. L’artisan de la Constitution chinoise avait été Song Jiaoren, un intellectuel et stratège respecté qui était un grand admirateur du régime parlementaire. Malheureusement, alors que tout le monde s’attendait à ce qu’il devienne Premier ministre à l’occasion de la première séance parlementaire, il est assassiné à la gare de Shanghai le 20 mars 1913 pendant qu’il attendait le train pour Beijing. Pour Paul Bérenger cet assassinat a changé l’histoire de la Chine.
Le général Yuan Shikai consolide sa position à la tête de l’État et mène le pays d’une main de fer et de manière dictatoriale. Sun Yat-sen tente en vain une deuxième révolution chinoise en juillet 1913. Le 1er janvier 1916, il s’autoproclame empereur de Chine. Sun Yat-sen se réfugie au Japon. Jusqu’à 1928, la situation en Chine se détériore. Ce fut l’ère des Warlords. Sun Yat-sen retourne en Chine en 1923 et meurt en 1925. Dans l’intervalle, Chiang Kaï-chek prend la direction de Kuomingtang. Contrairement à son prédécesseur, il est un anticommuniste et son règne est marquée par la corruption.