« Il y a clairement une tentative de rapprochement entre le MMM et le MSM dans la destitution de Véronique Leu. » Le leader des bleus n’a pas mâché ses mots à l’encontre du gouvernement sur nombre de sujets, lors de son point de presse à son siège, hier. Xavier-Luc Duval a fait le tour de l’actualité politique du pays, en passant par Air Mauritius et Rodrigues, ne manquant pas de dénoncer les dérives « antidémocratiques du gouvernement». Il se dit entièrement satisfait quant à la décision de la Cour de remettre à l’ordre du jour les accusations contre l’ex-Premier ministre. « Je vais traiter le cas de Navin Ramgoolam ensemble avec celui de Pravind Jugnauth (…) En effet, la population doit réaliser que le sort de l’ancien Premier ministre et l’avenir du sort de Pravind Jugnauth ne dépendent pas du public, mais du judiciaire. Ce qui conforte le PMSD dans sa décision historique en décembre 2016, de briser la coalition », soutient ce dernier. Selon lui, le PMSD avait entièrement raison de sortir de l’alliance gouvernementale qui voulait mettre en place la Prosecution Commission, « ki ti vinn anlev lindepandans DPP. Ek se samem DPP ki pe pourswiv Navin Ramgoolam, ki pe amenn cas Pravind Jugnauth devan Privy Council, ek malgre enn lanket bakle pe pourswiv Soodhun ». Il clame haut et fort n’avoir aucun regret quant à son retrait du gouvernement. l’opposition ou simple citoyen », déclare le leader de l’opposition.
Par ailleurs, dans le cas de la destitution de Véronique Leu-Govind, Xavier-Luc Duval dénonce les agissements d’un ministre du MSM en particulier qui « a comploté pleinement pour que la motion soit passée rapidement ». Il explique que les deux motions de destitution et de remplacement à l’encontre de Véronique Leu-Govind, l’unique représentante PMSD au conseil de village dans le pays, ont été présentées par un député MMM et que c’est avec l’aide d’un ministre orange que les choses se sont concrétisées à vitesse grand V, « soit dans à peine deux jours ». « Cela est clairement une preuve de rapprochement entre les deux partis. Le MSM a préféré soutenir son allié en devenir. Ce sont les faits qui nous interpellent », dit-il. Et d’ajouter que « le cas de Véronique Leu montre la peur explicable du gouvernement vis-à-vis de l’opposition ! »
Censuré pour les fêtes culturelles
Xavier-Luc Duval a également montré son mécontentement concernant la tenue des récentes fêtes culturelles. Il avance que tous, sauf Sanathan Dharma, l’ont invité pour prendre la parole, sauf que «ces derniers m’ont rappelé la veille et le matin pour s’excuser, car à cause des pressions exercées sur eux, ils ont été contraints de retirer mon nom de la liste des orateurs». « Même pour me laisser faire un petit discours de 5 minutes, ils ont la frousse bleue ! », devait-il lancer avant d’ajouter que «Gouvernman tranble asak fwa li tann l’opposition ! »
Quant à la récente visite de sir Anerood Jugnauth à Rodrigues, le leader des bleus soutient que ce dernier a fait preuve d’un «je-m’en-foutisme incroyable, inacceptable. Il doit s’excuser pour l’abandon de cette île ». Il soutient, de plus, qu’il ne suffit pas de financer Rodrigues, mais qu’il est aussi nécessaire de s’en occuper : « Autonomie pa kapav servi koman enn exkiz pou lav lame ar Rodrigues. »
Il a également tiré la sonnette d’alarme sur le secteur de l’agriculture « qui a collapsed. On n’est qu’à la moitié de la production agricole à Rodrigues». XLD a en outre fait ressortir le faible taux d’augmentation touristique avant d’aborder le problème de l’eau.
Xavier-Luc Duval a aussi dénoncé les largesses du gouvernement quant aux récentes célébrations d’Air Mauritius avec l’acquisition des nouveaux Airbus. « Pourquoi tant de faste pour un avion ? » se demande-t-il. Evoquant dans la même foulée le « somptueux dîner à Maradiva, qui appartient à la famille Ramdanee », XLD déclare : « Le gouvernement n’a pas d’argent pour payer les pilotes, mais dépense par dizaine de millions de roupies pour un tel événement. » « On doit s’excuser auprès de Patrick Hoffman qui compte 17 ans de carrière », dit-il en insistant sur le fait que nous devons au contraire inviter les étrangers à venir dans le pays et non pas le contraire.
5 000 personnes au chômage de décembre à janvier
Commentant sur la santé économique du pays, le leader de l’opposition a évoqué le cas de la Fish Processing Industry du pays, plus particulièrement l’industrie du thon : « Cette industrie emploie 5 000 personnes, dont 4 000 employés directs et 1 000 indirects. Et de décembre à mars, ces derniers seront en chômage technique. Qu’allons-nous faire ? » Il explique ainsi que cette situation est due au rejet de la demande de dérogation à l’Union européenne pour acheter du thon en dehors de l’océan indien. « Nous dénonçons la faillite de la diplomatie économique mauricienne. Point final », fustige XLD.
 Commentant les agressions dans les autobus, soit 44 depuis 2015 recensés pour la compagnie UBS, le leader de l’opposition demande au Commissaire de police Mario Nobin de « renforcer la sécurité dans le transport en commun ».
XLD s’est par ailleurs réjoui de la mise en place du Festival Internasional kreol mais déplore le fait qu’il n’y ait pas «d’événements pour encourager l’entrepreneuriat ».
Concernant l’épidémie de la peste qui sévit sur la Grande île, le leader de l’opposition a tenu à présenter ses sympathies et déclare qu’il est de notre devoir de leur venir en aide. « Pour rappel, lorsque nous étions frappés par l’épidémie de la fièvre aphteuse, une vingtaine de vétérinaires malgaches étaient venus à notre rescousse. Au nom de l’entraide régionale, l’on demande au gouvernement d’y envoyer quelques médecins pour réciproquer », dit-il.
En ce qu’il s’agit de l’affaire Betamax soulevée au Parlement, Xavier Luc Duval avance que, « je maintiens qu’utiliser les bateaux Betamax serait moins cher qu’utiliser ces autres bateaux sur contrat ». Pour lui, cette affaire « n’était que pure vengeance politique et on est en train de add insult to injury avec le projet Western Marina qui remet les contribuables dans une situation où ils devront repayer des dédommagements. »
XLD a aussi, lors de son point de presse, parlé des grévistes de la faim et a demandé au gouvernement de faire preuve d’humanité, « quelle que soit la justesse de leurs réclamations. Li pa just, li pa normal, imin, ki zot anplway enn dimounn lor kontra 9 mwa ou 10 mwa. Il faut les employer en full time pour un salaire décent ».
Enfin, le leader du PMSD a parlé de la rentrée parlementaire et affirme que « nou pou maintenir la pression. Nous mènerons deux batailles en parallèle, une sur le terrain et l’autre au Parlement. Nou pa pou fer vantar me le 17 desam pou ena rezilta lor rezilta. »