Le Ministerial Working Group constitué lors de la dernière conférence des ministres de l’Éducation des pays du Commonwealth à Maurice s’est réuni hier à Londres sous la présidence du ministre mauricien Vasant Bunwaree. Les ministres réunis ont travaillé sur les recommandations post 2015 pour l’éducation. Ce document sera par la suite remis à l’assemblée des Nations unis. À noter qu’un constat des progrès éducatifs depuis 2000 par plusieurs pays avait démontré qu’il reste encore beaucoup à faire pour rendre l’éducation accessible à tous et combattre l’illettrisme.
Les ministres de l’Éducation du Commonwealth ont convenu le 31 août 2012 à leur 18e Conférence (18 CCEM), qui s’est tenue à Maurice, de créer un groupe de travail ministériel pour le développement de l’éducation post-2015. Le groupe de travail était composé des ministres des pays suivants : Bangladesh, Barbade, Chypre, Inde, Kenya, Malawi, Nigeria, Papouasie-Nouvelle Guinée, Seychelles, Sierra Leone, Tanzanie et Ouganda.
Lors de la réunion d’hier, le groupe de travail a formulé des recommandations du Commonwealth pour l’après-2015. Celles-ci seront présentées au Secrétaire général des Nations unies. L’objectif spécifique est d’élaborer des recommandations sur la structure et le contenu des post-objectifs du Millénaire pour le Développement et post-objectifs de l’Éducation pour Tous dans les zones d’éducation prioritaire collectivement identifiés par les ministres de l’éducation, des organismes d’enseignement et de la société civile.
Pour rappel, la Conférence des ministres de l’Éducation du Commonwealth, tenue tous les trois ans depuis 1959, a pour but de débattre et partager des idées sur des enjeux et de définir les futurs objectifs et orientations. Plus de 800 délégués s’étaient réunis à Maurice pour s’exprimer sur des sujets allant de la qualité de l’éducation dans le climat économique actuel à la manière de la rendre accessible à tous, en passant par des discussions sur la possibilité de multipartenariats destinés à financer le secteur. Cette rencontre a aussi été l’occasion pour les pays d’évaluer le progrès accompli pour les Millenium Development Goals pour l’éducation, voir quelles ont été les difficultés rencontrées pour leur réalisation et préparer un plan d’action pour les trois prochaines années.
Lors des sessions de travail, les ministres ont noté que globalement 775 millions d’adultes, dont plus de 460 millions dans les pays du Commonwealth, ne pouvaient toujours pas lire et écrire, deux tiers étant des femmes. Soulignant de la nécessité de relever ces défis de manière systémique, les ministres ont réaffirmé l’importance de l’éducation comme un droit humain fondamental, essentiel à la progression des valeurs du Commonwealth de la démocratie, du développement et du respect de la diversité. Les ministres sont aussi tombés d’accord sur le renforcement du Secrétariat du Commonwealth. La conférence a permis le lancement d’un nouveau réseau, Commonwealth Connects, afin de permettre aux ministres de se concerter plus souvent et d’échanger leurs idées. Elle a en outre vu la création d’une Commonwealth Students’ Association qui servira de plate-forme pour favoriser la communication entre les étudiants. Le draft report du UN High Level Panel of Eminent Persons est attendu en mars 2013.