Bien plus qu’un spectacle, The Beauty of Beijing opera était composé d’une conférence et d’une interaction avec le public, lui donnant ainsi l’occasion d’avoir un aperçu et de mieux comprendre cet art complexe chinois vieux de plus de 200 ans.
The Beauty of Beijing opera s’est tenu samedi au Centre culturel chinois (CCC), à Bell-Village, en présence du ministre mentor, sir Anerood Jugnauth et de son épouse, de l’ambassadeur de Chine à Maurice, Sun Yi Gong, et du directeur du CCC, Song Yanqun, dans le cadre des activités marquant les 45 ans de l’établissement des liens diplomatiques entre la Chine et Maurice.
« L’opéra de Beijing est merveilleux mais complexe, car il combine plusieurs arts en mettant en avant quatre techniques de jeu : le chant, la déclaration, le mime et le combat », a fait ressortir le conférencier, Lu Song, qui assurait le rôle principal masculin, le vieil homme, au sein de la troupe. De nature citadine, l’Opéra de Pékin compte quatre caractères principaux : Sheng qui assure les rôles masculins ; Dan, les rôles féminins ; Jing, le visage peint ; et Chou, le clown. Le public en a eu un aperçu au travers d’illustrations et de démonstrations.
La dimension musicale s’est révélée au moyen d’instruments traditionnels et populaires chinois. « Ceux à cordes relèvent de l’aspect civil, et les percussions, du militaire », fait ressortir l’intervenant. Les costumes portés par les personnages, les coiffes et les motifs peints sur leur visage dépendent de l’histoire contée. « Le beau et le laid sont représentés de manière égale. Ils obéissent à des règles précises », avance-t-il. Par exemple, le rouge symbolise la loyauté et la bravoure ; le bleu ou le vert, la force et la rébellion ; le noir, la force et l’honnêteté ; le blanc, la perfidie et l’esprit diabolique…
En amont du spectacle qui a exposé une multitude de costumes et sonorités, le public a eu un avant-goût de la précision des gestes lorsque Lu Song a mimé une personne sautant sur un bateau à partir d’un quai, ou encore un cavalier montant sur son cheval. Les artistes ont ensuite proposé quatre numéros, dont un instrumental. Avant de passer à la dernière partie instrumentale, les membres de la troupe ont invité quelques membres du public à se joindre à eux sur scène pour une initiation aux arts combinés de l’Opéra de Pékin. Pendant ce temps, le ministre mentor prenait congé de l’assistance.