David Lipton, premier managing director adjoint du Fonds monétaire international (FMI), procédera lundi, en compagnie de Vishnu Lutchmeenaraidoo, ministre des Finances et du Développement économique, à l’ouverture officielle d’une conférence internationale à l’hôtel Westin Turtle Bay, Balaclava. Organisée conjointement par l’Africa Training Institute du FMI, le département de recherches du FMI et l’United Kingdom Department for International Development, cette conférence sera axée sur le thème “Managing Capital Flows: Lessons from Emerging Markets for Frontier Economies”.
Annonçant la tenue de cette conférence de haut niveau, le FMI indique qu’elle donnera l’occasion aux décideurs politiques (membres de gouvernement, représentants de banques centrales, entre autres), aux chercheurs/universitaires, directeurs d’institutions financières internationales et représentants de marchés de capitaux de plusieurs pays émergents et autres Frontier Markets de partager leurs expériences sur la gestion des capitaux. Les participants seront aussi appelés, à travers des discussions approfondies, à se prononcer sur les options possibles pour mitiger les risques associés aux flux de capitaux et les moyens que les pays bénéficiaires disposent pour récolter les bénéfices de l’intégration financière
« Private capital flows to Frontier Markets (FMs) have increased substantially over the last decade, and are projected to rise further in the coming years », souligne le FMI. Même si le flux de capitaux vers les Frontier Markets ne sont pas aussi conséquents que ceux allant vers les marchés émergents, les montants concernés sont importants lorsqu’on considère la taille de l’économie des pays bénéficiaires. Il y a lieu de veiller à ces entrées de capitaux ne provoquent pas des déséquilibres macroéconomiques et financiers.
Les Frontier Markets sont généralement des marchés financiers catégorisés comme pré-émergents et qui intéressent les investisseurs à la recherche de possibilités de placement de capitaux offrant un taux de rendement élevé ainsi qu’un potentiel de retour sur l’investissement sur le long terme. Le terme Frontier Markets est utilisé pour décrire les marchés de capitaux des pays qui ont un statut de développement inférieur à celui des marchés émergents mais qui peuvent être considérés comme des « investable countries ». Maurice est classée dans cette catégorie par diverses institutions internationales et notre marché figure sur la liste de plusieurs indices établis notamment par FTSE, Standard & Poor’s, Dow Jones et MSCI.  
Outre le No 2 du FMI, des personnalités du monde de la finance internationale ont été invitées à la conférence de Balaclava. Le gouverneur de la Banque de Maurice Ramesh Basant Roi présidera un panel sur les tendances et défis que représentent les flux de capitaux vers les Frontier Markets. Il aura à ses côtés Allah Malik Kazemi, ancien gouverneur adjoint de la banque centrale du Bangladesh, Louis Kasekende, gouverneur adjoint de Bank of Uganda, Henry Rotich, secrétaire de cabinet de la Trésorerie nationale du Kenya, et Daniel Zelikow, managing director et Global Head, Public Sector Group de JP Morgan.
Une session sur les options politiques au flux de capitaux sera présidée par Jonathan Ostry, directeur adjoint du département de recherches du FMI, avec comme intervenants José De Gregorio, ancien gouverneur de la banque centrale du Chili, Olivier Jeanne, professeur à la Johns Hopkins University, et Millison Narh, gouverneur adjoint de la Bank of Ghana.
Dans l’après-midi, des discussions seront axées sur la gestion des flux de capitaux avec, comme membres du panel : Richard Davies, Economics Editor, The Economist (modérateur), Godwin Emefiele, gouverneur de la banque centrale du Nigeria, Subir Gokarn, Director Research, Brookings India, Tukiya Kankasa-Mabula, No 2 de la Bank of Zambia, et Brian Kahn, conseiller au gouverneur de la Reserve Bank of South Africa. La clôture de la conférence sera effectuée par Antoinette Sayeh, directrice du département africain du FMI.