Les opportunités offertes par le centre financier mauricien pour structurer les investissements dans les activités minières en Afrique constitueront l’un des principaux thèmes qui seront évoqués lors de la conférence « Mines and Money », prévue les 9 et 10 juin prochains à l’hôtel Intercontinental, Balaclava. Deux « masterclasses », programmées pour les 8 et 11 juin, seront également organisées dans le cadre de cette conférence. Elles seront axées sur les développements dans le secteur minier et le positionnement de Maurice en tant que porte d’entrée sur l’Afrique.
« Mines and Money », qui sera à sa deuxième édition, attirera des délégués de plusieurs régions : Asie, Asie du sud-est, Europe, États-Unis, Moyen Orient et Afrique, dont des représentants du secteur des services financiers. Elle donnera encore une fois l’occasion aux sociétés spécialisées dans l’exploitation minière, aux gestionnaires de fonds, aux investisseurs et autres institutions financières de se pencher sur l’évolution de cette industrie et les options en termes de solutions à l’investissement. Des études de cas sur les stratégies adoptées par certaines sociétés minières pour lever des capitaux ou structurer les investissements par le truchement du centre financier mauricien seront présentées et analysées. L’utilisation du centre financier mauricien pour protéger les investissements et réduire les coûts à l’investissement fera également l’objet de discussions.
Des sessions spéciales consacrées à la présentation du réseau de traités de non-double imposition (Double Taxation Avoidance Treaties) signés avec des pays africains (une vingtaine) ainsi que des opportunités offertes par le marché boursier mauricien pour lever des capitaux ont été programmées par les organisateurs. Ces derniers ont fait appel à plusieurs intervenants pour des présentations sur les perspectives à long terme du secteur minier, l’intérêt des sociétés et investisseurs chinois pour l’activité minière, les besoins en infrastructures du continent africain pour soutenir les opérations de l’industrie minière, la rentabilité mais aussi les risques associés aux projets miniers en Afrique, l’évolution du capital-risque privé et les meilleures façons de procéder pour réussir dans l’exercice de levée de capitaux. Outre les options offertes par la Bourse de Maurice pour la cotation des sociétés minières, les intervenants de Maurice parleront aussi de l’importance du système d’arbitrage international dont dispose le pays pour régler tout litige entre les sociétés minières et les investisseurs.
« Mines and Money Africa is positioned against the backdrop of an unprecedented increase in Asian investment into Africa throughout the last decade – and this is expected to increase », déclarent les organisateurs de la conférence. Ces derniers mettent l’accent, entre autres, sur la croissance des investissements directs chinois et estiment que, devant les risques liés à l’investissement en Afrique, les possibilités de protection offerte par le centre financier mauricien grâce aux accords de non-double imposition méritent d’être considérées.
Notons que le Board of Investment apporte son concours à l’organisation de cette conférence, son directeur, Ken Poonoosamy, devant s’adresser aux participants à la cérémonie d’inauguration officielle.