Me Keir Starmer QC est à Maurice suite à l’invitation du DPP Me Satyajit Boolell SC, pour le Rajsoomer Lallah Annual Memorial Lecture au bureau du DPP. Il a fait une lecture sur le thème « Human Rights, Victims and Prosecution of Crimes in the 21st Century » et s’est exprimé sur l’Asset Recovery Act.
L’ancien DPP d’Angleterre et du Pays de Galles Keir Starmer était l’invité d’honneur de la Rajsoomer Lallah Memorial Lecture, au 16e étage de la Garden Tower, en hommage à l’ancien chef juge décédé le 3 juin 2012, qui avait été élevé au rang de Queen’s Counsel en 1976 et qui a été le longest serving member of the UN Human Rights Committee. La visite de Me Keir Starmer, indique-t-on, est un grand honneur dans le domaine judiciaire vu son riche parcours en tant qu’avocat. Keir Starmer a été appelé à la barre en 1987 et fut nommé Head of the Crown Prosecution Service en 2008.
Depuis qu’il a pris ses fonctions, Me Starmer n’a pas cessé de lutter pour apporter tout son savoir-faire dans le domaine du judiciaire. Il a combattu la peine de mort dans les Caraïbes, en Ouganda, au Kenya et au Malawi. Il a remporté le prix Sydney Elland Goldsmith du Conseil de l’Ordre en 2005 pour le travail pro bono accompli à cet égard. Il a également été nommé Queen Counsel dans le domaine des droits humains et du droit public en 2007 par Chambers & Partners. De plus, il a agi à titre de conseiller en matière de droits de l’homme au Conseil de police en Irlande du Nord de 2003 à 2008 et fait en sorte que ce service de police respecte ses obligations. Suite à sa nomination en tant que directeur des poursuites pénales et chef du Crown Prosecution Service (CPS) en 2008, Me Starmer n’a pas hésité à travailler sur des questions sensibles dans son domaine. À titre d’exemple, dans les cas de « assisted suicide », il a publié des guidelines en février 2010. Il a également supervisé différents procès dans lesquels des membres de la House of Commons et House of Lords avaient été accusés d’infractions criminelles.
Me Keir Starmer a également mis en oeuvre de nombreuses stratégies concernant la poursuite dans des cas de violence contre les femmes et les enfants. À cet effet, les 3 000 procureurs de son pays ont été formés sur la violence domestique et plus de 800 d’entre eux ont reçu une formation en tant que spécialistes du viol. Il a également souligné la nécessité de travailler avec des partenaires locaux pour lutter contre ce type de violence. Le taux de condamnation pour les actes de violence contre les femmes et les filles était à son plus haut niveau lors des deux dernières années de son mandat. Il soutient l’idée que le Crown Prosecution Service (CPS) et le système de justice pénale en général doivent s’occuper des cas d’abus sexuels sur enfants d’une manière différente afin d’être plus efficaces. Me Starmer a également supervisé la fusion de la CPS avec le Revenue and Customs Prosecutions Office afin de lutter de façon plus robuste contre l’évasion fiscale. Il est un partisan de la justice ouverte et a activement encouragé les demandes pour les caméras dans les tribunaux. Me Starmer est maintenant spécialisé dans les affaires de droit international aux Doughty Street Chambers. Répondant à la presse lors de la conférence, Me Starmer a donné son avis sur le cas de l’Asset Recovery Act : « Asset recovery is a core function of the Crown Prosecution Office and of the DPP. It has been for many years. Recently in England and Wales, it was decided to increase the capacity of the Asset Recovery and not to reduce it. So Asset recovery is a vital role of the Prosecutor and the prosecutorial process and it has not caused any constitutional problems in England and Wales. »