Le moment est propice pour les entrepreneurs mauriciens de développer des relations d’affaires avec le continent africain. Bien que l’Afrique demeure un défi en matière de développement et d’investissement, les conditions économiques et le climat des affaires dans nombre de pays sont en train de s’améliorer. C’est en substance le message transmis aux opérateurs économiques par le secrétaire financier Ali Mansoor qui intervenait mercredi à la conférence sur l’investissement organisée par la Mauritius Commercial Bank à son siège à St Jean.
Ali Mansoor a fait comprendre qu’il appartient au secteur privé de prendre les initiatives nécessaires pour exploiter les opportunités d’investissement en Afrique, et ce avec le soutien du gouvernement dont le rôle se résume à créer un cadre facilitateur pour le développement des affaires. Parlant de ce qu’il qualifie de « Mauritius-Africa Connection », le secrétaire financier a d’abord fait référence au réseau d’accords de non-double imposition (DTAAs) et d’accords de protection et de promotion des investissements (IPPAs) signés avec un certain nombre de pays africains.
Dans le premier cas, 18 accords ont été signés et 14 d’entre eux sont en vigueur. S’agissant des IPPAs, 20 ont été conclus mais cinq sont actuellement en vigueur. Ali Mansoor a relevé que dix DTAAs et huit IPPAs ont été signés avec les 17 pays africains ayant enregistré ces dernières années les plus forts taux de croissance économique.
Outre les DTAAs et IPPAs, le secrétaire financier a fait mention des accords de libre-échange existants au sein des blocs régionaux que sont la SADC et le COMESA. Il a indiqué que le Budget 2013 fait mention de la stratégie africaine de Maurice, une stratégie qui vise à accélérer l’intégration économique régionale, l’enlèvement des barrières aux mouvements des personnes, le partage de l’expérience mauricienne en matière de démocratie, de gouvernance et de développement, et à offrir le statut d’opérateur du port franc aux entreprises qui veulent développer des activités manufacturières spécifiques pour l’exportation vers l’Afrique.
La mise en place d’un Africa Centre of Excellence for Business constitue un autre volet de la politique mauricienne pour encourager les entrepreneurs à se tourner davantage vers l’Afrique. La présentation en PowerPoint d’Ali Mansoor fait voir que le centre en question permet aux hommes d’affaires d’avoir des informations en temps réel sur les opportunités en Afrique, qu’il est en mesure d’organiser des missions promotionnelles sur le continent, qu’il peut aider au renforcement du réseau de partenariats. Lancé en octobre 2012, le centre fournit des renseignements sur les appels d’offres et divers projets en cours dans nombre de pays africains.