« Le coeur n’est pas à la fête. Le Parti travailliste n’est pas dans le mood à faire du tam-tam, donner du briani… L’enthousiasme n’y est pas. Avan li ti akseptab. Dan lot sirkonstans li ti akseptab. Mais cette année, il nous faut de la retenue. Nous aurons tout le temps pour faire de la politique et du tam-tam », a déclaré Patrick Assirvaden, président du PTr, lors de la conférence de presse hebdomadaire des rouges, hier matin. Après l’annonce du leader du parti et Premier ministre, Navin Ramgoolam, jeudi dernier, sur le choix du  PTr de ne pas tenir de meeting politique le 1er mai, le parti a poursuivi les explications sur cette décision. La pays a été marqué par des inondations meurtrières le 30 mars dernier et le Parti travailliste, a laissé entendre Patrick Assirvaden, se doit d’être solidaire avec tous ceux qui ont été victimes de cette catastrophe, dont les familles qui ont perdu leurs proches. « Nou pa kapav fer komsi tou korek dan pei. Les cicatrices sont encore là », a-t-il dit. Il a aussi rappeler que ne pas monter sur l’estrade le 1er mai prochain, avait été envisagé depuis l’année dernière. Ainsi, le PTr serait en train de repenser « la façon d’organiser le 1er mai à Maurice ». Et répond également à la demande de tous ceux, qui à travers le pays, ont souhaité de la retenue ce jour-là.
Quant à croire que les rouges sont en perte de vitesse et utilisent l’argument des inondations comme paravent pour éviter un affront mercredi prochain, le PTr s’en défend. « Le parti connaît sa force! Il en est pareil pour la population, nos adversaires et ainsi que la presse. Nou pa enn parti à 3% nou! Nous n’avons rien à prouver, laissons cela aux désespérés, à l’instar du MSM », a insisté Patrick Assirvaden, tout en rappelant le succès remporté par le parti aux municipales et aux élections villageoises. Le parti, qui déplore la présence des affiches du MSM/MMM avec des slogans sur les inondations, est d’avis que « lopozisyon pe fer politik lor 11 mor inondasyon. Zot pe zwe zot sirvi politik ». Car ces derniers n’ont pas échappé aux critiques du PTr. Pour les rouges, les sorties d’Anerood Jugnauh sont des flops, en renvoyant le public aux photos illustrant les interventions de Sir Anerood Jugnauth au micro, que publient le quotidien Le Mauricien. Selon le président du PTr, ces photos sont pour « manipuler l’opinion publique ». Le MSM, poursuit-il encore, est en train de supplier Paul Bérenger  d’être présent sur le podium le 1er mai. Par ailleurs, en critiquant le Remake 2000, le président du PTr a pris le soin d’éviter le nom de Paul Bérenger, reprochant ainsi au MMM et Alan Ganoo d’avoir auparavant dénoncé « le bâtiment de la honte » avant de faire de « la corruption leur fer de lance du 1er mai! » Citant l’affaire MedPoint, l’effigie de Lady Sarojini Jugnauth sur le billet de Rs 20…, Patrick Assirvaden a avancé que le MSM est mal placé pour s’attaquer à la corruption: « Il n’y aura rien de concret qui sortira du camp du Remake 2 000 le 1er mai. »  D’ailleurs,  Patrick Assirvaden a lancé un appel aux militants: « Nou dir Ganoo ki nou kone ki larzan MSM ki pe finans kanpayn. Nou kone, nou zwenn nou bann kamarad depite lopozisyon, nou koze dan koulwar. Nou dir militan revey li! »
Si Patrick Assirvaden a qualifié Pravind Jugnauth, le leader du MSM, de « désespéré » pour sa « kamapayn zet labou » dans l’affaire MITD, Kalyanee Jhugroo, la secrétaire générale du PTr, est revenue à la charge dans son intervention. Elle a d’emblée critiqué Sir Anerood Jugnauth pour ses commentaires péjoratifs sur les femmes. Et se dit révoltée par « la campagne dénigrant et sexiste » que mène le MSM. Réagissant aux critiques de Sir Anerood Jugnauth sur la participation des groupe socioculturels dans la sphère politique, Kalyanee Jhugroo a déclaré: « Comme n’importe quel citoyen mauricien, ils ont le droit de faire de la politique et de recevoir le soutien des partis. » S’agissant du scandale White Dot et Sunkai, cette dernière a tenu à souligner que « le gouvernement n’a pas investi de l’argent dans ces deux affaires ».
De son côté, Abdullah Hossen, responsable de la communication du PTr, a réclamé la publication de la liste des noms des marchands ambulants qui bénéficieront d’un étal dans les deux régions (ex-CWA à la gare Victoria et à la place de l’Immigration) de Port-Louis, identifiées par la Task Force présidée par le ministre Anil Bachoo. La question épineuse des marchands ambulants, expliquait Abdullah Hossen, figurait à l’agenda du conseil municipal de Port-Louis, vendredi dernier. Toutefois, cet item a été retiré. « Ce qui démontre l’incapacité du MSM/MMM à assurer la gestion de la municipalité de Port-Louis », a conclu ce dernier.