« Le gouvernement cherche toutes les solutions possibles pour les victimes du Super Cash Back Gold (SCBG) et de la Bramer Asset Management (BAM) », a déclaré Etienne Sinatambou, porte-parole de l’Alliance Lepep, lors d’une conférence de presse samedi au NPF Building. « Les vrais responsables sont Rawat, Ramgoolam et Bhadain », dit-il. Outre l’affaire BAI, le ministre de l’Environnement a aussi mentionné le « combat inlassable » mené par le GM contre la drogue.
Etienne Sinatambou, porte-parole de l’Alliance Lepep, a d’abord eu une pensée pour les victimes du SCBG et de la BAM, lors de sa conférence de presse samedi. « Nou konpran dram zot pe viv ek difikilte sa sitiasion-la. Il est important que nous situions les responsables dans cette affaire. Roshi Bhadain finn anbet dimounn e zordi nou trouv enn sitiasion extreman difisil », a-t-il déclaré. Etienne Sinatambou affirme, par rapport aux promesses faites par Roshi Bhadain, ancien ministre des Services financiers, que « pena solision. Ena tigit larzan par rapport a bann miliar ki bizin ranbourse. » Le ministre de l’Environnement se dit pour une fois du même avis que Paul Bérenger, à l’effet que « Roshi Bhadain aurait dû se taire, e fer lapopilasion bliye so bann frask ek betiz ».
Etienne Sinatambou a également avancé que le Premier ministre et ministre des Finances, Pravind Jugnauth, « a été à l’écoute des grévistes du SCBG et de la BAM » et qu’il étudie toutes les possibilités. « Nou pou vinn avek enn solision me pa kapav pran larzan tax pou ranbourse ». Le porte-parole de l’alliance au pouvoir a accusé Xavier-Luc Duval, leader de l’opposition, d’être de « mauvaise foi ». « Tout a commencé par la mise à mort de la Bramer. Xavier finn apouve, finn avalize, quand il était Premier ministre adjoint. Dans l’affaire BAI, les vrais responsables sont Rawat, Ramgoolam et Bhadain. Ramgoolam, Boolell, Duval finn vinn bann votour politik otour bann grevist de la faim. Si sa pa apel ipokrizi. Ramgoolam responsab ! Li finn soutenir voler pandan di zan. Skandal BAI enn problem ki ti kapav zet lekonomi Moris. »