Vinay Thupsy, secrétaire de la CWA Meter Readers Union, a déploré que les Meter Readers en poste avant 2007 ont pour tâche de lire 110 compteurs par jour, alors que les nouveaux venus ont l’obligation d’en lire 150. C’était hier matin lors d’une conférence de presse conjointe de ce syndicat et de la Union of Employees of CWA, à Port-Louis. Le président de cette dernière instance, Iswarduth Guness, a profité de l’occasion pour aborder le sujet de « malversations » diverses au sein de CWA, estimant que « la situation est pire qu’avant ». Vinay Thupsy estime que lire 150 compteurs par jour au lieu de 110 relève d’une « injustice » envers les plus jeunes recrues. Il soutient à cet effet que « le travail égal mérite un salaire égal ». Selon lui, la CWA compte une centaine de Meter Readers, dont 30 femmes. Celles-ci, recrutées après 2007, sont également contraintes de lire 150 compteurs par jour. Autre injustice déplorée : quatre femmes recrutées en mai 2014 comme Meter Readers avaient par la suite postulé en interne comme caissière. Elles ont obtenu le poste « as a matter of administrative convenience », selon leur lettre d’embauche datant du 25 septembre 2014, avec effet à partir du 1er octobre 2014. La lettre précisait notamment que cette acceptation, « will not give you any claim or priority of consideration for appointment to that post and will lapse on the filling of vacancy or on your being notified by the HR division ». Une année plus tard, elles reçoivent une lettre de leur employeur précisant qu’elles devraient compléter une année de service en tant que Meter Readers pour être confirmées comme tel et que, dans ce sillage, elles devront reprendre le poste initial pour lequel elles avaient été recrutées. Le syndicat estime que puisqu’elles ont postulé en interne et que leurs candidatures ont été acceptées, elles auraient dû être confirmées à ce poste. À plus forte raison qu’elles ont déjà complété une année de service comme tel. Évoquant une décision prise par le conseil d’administration de la CWA lors de sa première réunion d’avril 2015, à l’effet que la facture d’eau sera désormais envoyée aux clients du CWA une fois par trimestre, Vinay Thupsy affirme que les Meter Readers craignent pour leur emploi. « Nou pa dakor ki redeploy nou ayer kan sa pu rant en viger », relève-t-il. Le président de l’Union of employees of CWA à Port-Louis, Iswarduth Guness, a, lui, dénoncé « des malversations » diverses, tant au niveau des recrutements pour des postes spécifiques que pour la mise en application des recommandations du PRB, pour ne citer que celles-là. Il déplore également que, depuis la constitution du conseil d’administration, les employés de la CWA ne reçoivent plus le compte rendu des réunions mensuelles. Ils ne sont dès lors plus informés des décisions prises. Iswarduth Guness souligne avoir eu une première réunion avec le ministre de tutelle, Ivan Collendavelloo, qui leur avait promis une rencontre après deux mois. Or, neuf mois se sont écoulés depuis et, malgré plusieurs sollicitations, il n’a convoqué aucune réunion. Il a ainsi affirmé que la situation à la CWA n’a pas changé, malgré le changement de gouvernement et de conseil d’administration. « Elle s’est même aggravée », estime le président de l’Union of employees of CWA. Iswarduth Guness affirme avoir soumis un mémorandum au ministre Collendavelloo faisant état de la situation prévalant au sein de la CWA. La CWA Meter Readers Union et l’Union of Employees de la CWA lancent un appel à cet effet au ministre de tutelle afin que la CWA puisse fonctionner dans la transparence et dans le respect des employés. Iswarduth Guness précise qu’Ivan Collendavelloo « connaît déjà très bien les points rouges de la CWA » pour avoir été leur conseiller légal avant d’être ministre.