Vaincre les maladies cardiovasculaires à travers la méditation du Raja Yoga. Tel sera le thème d’une conférence publique, ce samedi 13 juin, de 15 h à 16 h 30, à l’Indira Gandhi Centre for Indian Culture (IGCIC), Phoenix. Organisée par la Brahma Kumaris World Spiritual University en collaboration avec le Haut-Commissariat indien, cette présentation se focalisera sur le pouvoir de la méditation dans la prévention et la gestion des maladies cardiovasculaires. Le public pourra par la même occasion se soumettre à un dépistage de stress.
Cette conférence sur la méditation s’insère dans le cadre de la Journée mondiale du Yoga, qui sera observée le 21 juin prochain. Selon Vikram Dookna, Project Coordinator auprès de l’Education and Holistic Health Care Association, partenaire de la Brahma Kumaris et qui animera une partie de la conférence, le yoga comprend l’aspect mental et physique. Mais, samedi, c’est davantage le côté mental qui sera abordé. En effet, souligne-t-il, alors qu’il existe des facteurs visibles favorisant les maladies cardiovasculaires tels qu’une mauvaise alimentation ou le diabète, le cholestérol ou encore des antécédents familiaux, le stress est quant à lui un facteur non-visible et non-quantifiable qui peut être à la source de maladies cardiovasculaires. « Les causes des maladies cardiovasculaires sont multiples. Parmi, il y a des causes génétiques, sociales, environnementales (alimentation). On se focalisera davantage sur les facteurs sociaux et non physiques comme le stress dont on ne peut mesurer le degré comme on mesurerait le taux de cholestérol par exemple. Le stress est quelque chose qui nous affecte tous les jours mais on n’arrive pas à mesurer son impact sur notre santé jusqu’à ce qu’il nous atteigne vraiment. Parfois, quand une personne meurt d’une maladie cardiaque, on dit qu’elle faisait pourtant attention à son alimentation, à son physique, mais ce qu’on ne sait pas, c’est que la personne était stressée. Il y a des sportifs ou des médecins qui ont des problèmes cardiovasculaires alors qu’ils ne fument pas. C’est parce qu’il y a des facteurs qu’on ne peut voir », explique Vikram Dookna, qui ajoute que 90 % des maladies sont psychosomatiques. « C’est parce qu’on n’arrive pas à gérer nos émotions ». Lors de la conférence, il sera par ailleurs question des bienfaits des pensées positives, « de notre connexion avec l’être suprême, avec soi-même et la manière dont la méditation peut aider à prévenir les maladies cardiovasculaires. Beaucoup de recherches vont dans cette direction ». Lorsqu’une personne est stressée, « cela a tout de suite des conséquences sur lui : les battements du coeur deviennent rapides, la personne tend à adopter un style de vie malsain en fumant, en regardant la télé, en mangeant plus et en ne faisant pas d’activités physiques. Directement ou indirectement, le stress a des effets néfastes sur la santé ».
Le public sera invité à prendre son stress en main. « On lui donnera des conseils sur la manière de le gérer et on a prévu une session de méditation pour l’inviter à goûter à cet exercice ». Le Dr Udhay Shankar Ramjuttun, cardiologue, fera une présentation sur les maladies cardiovasculaires alors que Sister Gaitree se chargera de la partie méditative. M. Dookna, pour sa part, établira le lien entre la méditation, le stress et les maladies cardiovasculaires. « Depuis 2005, nous avons démarré un programme intitulé « Detox your heart and soul » qui préconise la méditation pour gérer le stress, une alimentation saine et l’exercice physique. Si l’on observe ces trois choses correctement, notre santé cardiovasculaire s’améliorera. Il y a des personnes qui ont vu leur taux de diabète, de tension artérielle baisser et leurs artères débouchées. Bien sûr, c’est un programme qui est complémentaire au traitement médical que le patient ne doit pas abandonner ».
Vikram Dookna affirme que « les personnes qui méditent sécrètent des hormones qui favorisent l’allongement de la durée de vie. La méditation aide par ailleurs à une bonne mémorisation et au ralentissement de maladies telles l’Alzheimer. La méditation a toute sa raison d’être aujourd’hui alors que nombre de personnes souffrent de dépression. Quand on médite, on émet de bonnes vibrations autour de soi ».
Le public pourra subir un Bio feedback Stress test, qui mesure le rythme cardiaque d’une personne et qui est « capable de déterminer à quel point les battements de coeur sont influencés par ses émotions. Si les émotions sont positives, l’écran indiquera qu’elle est relaxe. Mais si elles sont négatives, le programme indiquera à quel point elle est stressée. Notre rôle est de guider les personnes stressées à tendre vers des pensées positives ».