La faculté d’histoire propose quatre conférences au mois de septembre, à commencer par celle que donnera le spécialiste de l’environnement et ornithologue Vikash Tataya, vendredi 31 août, sur un thème qui lui est cher, à savoir le rôle de l’histoire dans la gestion de l’environnement et son impact sur les métiers de la conservation aujourd’hui. Toutes ces conférences ont lieu à 14 h 30, dans l’amphithéâtre 2 de la Engineering Tower, sont gratuites et ouvertes au public.
Actuellement en poste à la Mauritian Wildlife Foundation, Vikash Tataya estime comme certains de ses confrères spécialistes de l’environnement et biologistes, qu’on ne devrait pas dissocier l’histoire d’un lieu de son étude environnementale et que les spécialistes de l’environnement et ceux du patrimoine doivent travailler ensemble pour assurer la conservation au sens le plus complet du terme. « L’île Maurice a 400 ans d’histoire, nous explique-t-il, relativement bien documentée qui nous permet de comprendre l’évolution de son environnement. L’introduction d’espèces nouvelles ou la disparition d’autres comme l’ébénier par exemple s’explique par l’histoire des humains sur l’île. Ceci est valable pour Maurice comme pour Rodrigues et Agalega avec ses fameuses “îles à huile”. N’importe quel kilomètre carré de Maurice est associé à un bout d’histoire… Or les écologues, biologistes et les historiens ou spécialistes du patrimoine travaillent chacun dans leur coin sur ces questions. »
La démonstration de Vikash Tataya vise notamment à souligner le fait que les démarches de préservation du patrimoine culturel ne doivent pas être dissociées de la préservation biologique, comme en témoignent des lieux tels l’île de la Passe, l’île Plate ou bien entendu Le Morne. Tous ces lieux présentent à la fois une richesse historique grâce à leurs vestiges architecturaux et une richesse environnementale avec les espèces endémiques qu’ils abritent. Toute démarche de conservation dans ces lieux doit donc être menée conjointement et sur la base d’une concertation entre spécialistes de l’histoire et du patrimoine et spécialistes de l’environnement. Vikash Tataya s’est déjà brillamment exprimé il y a quelques années sur ces questions dans le Journal of Mauritian studies édité par le Mahatma Gandhi Institute. Aussi son intervention de vendredi apportera-t-elle de nouveaux éclairages liés à l’actualité du pays.