Photo illustration

La livraison à domicile a pris un essor considérable depuis quelques jours, soit en cette période de confinement. Si elle a débuté il y a quelques semaines, avec la livraison des aliments de base à la population par l’entremise de certaines compagnies identifiées, aujourd’hui elle concerne aussi la restauration rapide et bien d’autres secteurs. Plusieurs compagnies lancent en ce moment des appels à candidatures pour recruter des livreurs. C’est là un métier qui prendra certes de l’ampleur afin que les compagnies, qui se sont lancées dans la livraison à domicile, puissent assurer les priorités de course avec moins de temps d’attente.

Ils ne sont pas soignants mais exercent des métiers qui les placent en première ligne face au nouveau coronavirus.

Aucune qualification particulière n’est requise pour ces missions. Le livreur doit simplement posséder son permis de conduire et avoir un bon relationnel. Dans sa voiture, son camion ou sa camionnette, sur son vélomoteur ou à vélo, le livreur effectue la livraison du client. Bien que le pays, il y a un mois, n’était pas trop dans la culture de livraison à domicile, car les Mauriciens préféraient se déplacer pour prendre possession de leurs produits ou simplement manger sur place, cette habitude changera certainement après cette période de confinement.

Certaines enseignes assuraient déjà la livraison à domicile et disposaient déjà de la logistique pour le faire alors que d’autres s’y lancent maintenant. Le métier connaît actuellement un essor important grâce au développement du commerce en ligne, qui nécessite des services de transport pour assurer la livraison des marchandises aux domiciles des clients ou au sein de points relais. Puisqu’il n’existe pas de formation spécifique pour ce métier, les compagnies, qui offrent depuis quelques jours des services de livraison à domicile, notamment les enseignes de restauration rapide, ont commencé à lancer un appel à candidatures pour recruter des livreurs. Il est clair que le nombre de commandes via les services de livraison de repas est en hausse avec les mesures de confinement.

Panarottis, à titre d’exemple, à travers des réseaux sociaux, demande à ceux intéressés à venir en personne dans l’une des branches pour passer l’entretien, qui se fait en quelques minutes, pour s’assurer que le livreur possède bien son permis de conduire et peut être une personne fiable, car il sera aussi appelé à gérer l’argent et à manier des appareils pour le paiement par carte. La compagnie explique que, même avant la période confinement, elle offrait déjà un service de livraison à domicile, mais sur une base limitée. Or désormais, elle devra augmenter son personnel afin d’assurer la livraison à travers l’île.

Panarottis, qui avait débuté avec le restaurant de Plaisance Mall, offre le service pour l’heure aussi aux personnes habitant Quatre-Bornes et les environs. La chaîne de fast food contemple l’idée d’étendre le service vers d’autres endroits. Pour le moment, le restaurant offre des menus déjà établis que pourront choisir les consommateurs. Idem pour le restaurant Nandos, qui offre la livraison sur plusieurs endroits.

En outre, des restaurateurs de cuisine indienne s’y mettent aussi. Le restaurant Happy Rajah, qui n’offrait point de service de livraison à domicile, adopte aussi cette culture et a commencé depuis quelques jours à faire livrer ses plats. Il est indiqué que ces compagnies seront en possession « de tous les équipements sanitaires particuliers, c’est-à-dire masques et gants pour effectuer la livraison dans des conditions sanitaires strictes ».