Alors qu’on parle de plus en plus d’une troisième Intifada, le conflit israélo-palestinien est plus que jamais au centre des débats mondiaux. Pour attirer l’attention sur ce conflit qui perdure, Lalit, la Confédération des Travailleurs du Secteur Privé et le Centre Idrice Goomany, en collaboration avec Fim K-lib et Muvma Liberasyon Fam, ont pris l’initiative d’organiser le premier festival de films palestiniens à Maurice.
Le 29 novembre prochain, on célébrera la Journée Internationale de la solidarité avec le peuple palestinien. À Maurice, Lalit et ses collaborateurs ont pris quelques initiatives pour apporter leur soutien au peuple palestinien, qui vit sous occupation israélienne depuis 48 ans, et pour éveiller les consciences sur cette situation. D’un côté, Israël s’approprie les terres que les Palestiniens estiment les leurs et, de l’autre, les Palestiniens tentent de résister. Depuis 2000, le conflit israélo-palestinien a tué 7,100 Palestiniens et 1,100 Israéliens.
La première initiative de Lalit et consorts pour conscientiser sur ce conflit est cinématographique. Avec ce festival de films palestiniens, les organisateurs veulent montrer la situation en Palestine et provoquer une prise de conscience de la part des Mauriciens. “Nous voulons faire réaliser aux gens ce qui se passe en Palestine. Les gens doivent comprendre que la Palestine est un pays sous occupation militaire. Il y a en permanence une confrontation entre Palestiniens et Israéliens depuis 1967. Le pays est sous occupation depuis 48 ans, ce qui représente la plus longue et brutale occupation militaire jamais connue”, souligne Alain Ah Vee de Lalit.