C’est fini. La page Ravi Bhollah est définitivement tournée, lui qui n’entraînera désormais plus les haltérophiles mauriciens. La Mauritius Amateur Weightlifting & Powerlifting Association (MAWPA) va maintenant se tourner vers l’expertise étrangère.
Pour rappel, une réunion décisive s’est tenue lundi dernier entre le ministre de la Jeunesse et des Sports (MJS), Devanand Ritoo, et les dirigeants de la MAWPA à Port-Louis. À l’agenda, les prestations des haltérophiles en terre écossaise lors des XXes Jeux des Commonwealth à Glasgow. Devanand Ritoo a fait ressortir qu’il était très mécontent des leveurs de fonte qui n’ont pas fait honneur au quadricolore indiquant notamment au président de la MAWPA que le bilan était catastrophique et que des changements devraient impérativement avoir lieu en vue des prochaines échéances.
Et pour se faire, il a été clairement spécifié qu’il faudra faire sans Ravi Bhollah. Ce dernier sera pour sa part indemnisé par le MJS pour la période de janvier à juillet 2014. C’est ce qui a été décidé lors de cet entretien. Il se murmurait qu’il allait être réembauché en septembre mais ce ne sera pas le cas. Poorun Bhollah avait clairement indiqué à Week-End lors de la semaine écoulée, « Ravi Bhollah peut encore devenir entraîneur national. Oui, c’est une hypothèse. Nous avons également l’entraîneur adjoint, Serge Calotte, qui pourrait lui succéder mais bien évidemment, cela dépend de ce que le MJS nous proposera », souligne-t-il.
Il n’en sera rien. Ravi Bhollah devra désormais se tourner vers une autre activité. Le MJS a également indiqué à la fédération qu’il y avait urgence et qu’il devait à tout prix trouver une solution en embauchant un directeur technique très vite en vue de la préparation pour les Jeux des Îles de l’Océan Indien. Dans cette optique, le ministre Ritoo a rencontré cette semaine l’ambassade chinoise, présente à Maurice, pour discuter de la possible venue d’un entraîneur.
Le lendemain (mardi dernier), au centre national à Vacoas, une rencontre s’est tenue entre les haltérophiles mauriciens présents à ces Jeux du Commonwealth. Il a notamment été question de l’indiscipline des leveurs de fonte. Poorun Bhollah a reproché aux athlètes leur manque de professionnalisme durant la compétition, ce qui explique de ce fait les mauvais résultats. Le comble dans cette histoire, c’est que le plan de travail a été élaboré par le coach national, Ravi Bhollah. Est-ce un aveu de faiblesse? N’est-il pas capable de controler ses haltérophiles? Dans le sport de haut niveau, l’entraîneur national se doit de se faire respecter. Or, Ravi Bhollah a semble-t-il été dépassé par les évènements et c’est pour cette raison qu’il n’entraînera plus la sélection.
L’haltérophilie mauricienne a besoin d’un nouveau souffle car de nouvelles échéances approchent à grands pas. À une année des JIOI, l’haltérophilie, grosse pourvoyeuse de médailles, doit à tout prix éviter la débacle de 2011 en terre seychelloise.