@Photo MFA
  • Une décision forte, attendue du State Law Office par rapport à l’interprétation d’une section du Sports Act

La Mauritius Football Association (MFA) a-t-elle brandit la menace d’une suspension de la Fédération internationale de Football Associations (FIFA) lors de la rencontre qu’elle a eu lundi, avec le ministère de la Jeunesse et des Sports ? C’est la question que l’on se pose après avoir appris que la décision du gouvernement de solliciter le State Law Office pour une interprétation du Second Schedule, Section 2 (2) (d) (i) et (ii) ne serait pas bien vue du côté de Trianon.

On aurait même invoqué une forme d’ingérence ! Cette nouvelle posture aurait pour but d’amener le ministère à assouplir sa position envers la MFA, dit-on, surtout en vue des 10e Jeux des Iles de l’océan Indien. Car une éventuelle absence du football à cet événement, serait perçue, dans les milieux concernés, comme une grosse déception. Il nous revient ainsi que le MJS pourrait changer son fusil d’épaule avec ce nouveau développement. Si à l’offi ciel, le ministère s’était montré intransigeant sur cette section de la loi, en revanche, dans les coulisses, on avance que ce même MJS pourrait capituler devant la menace.

Ce qui serait alors un très mauvais signal, non seulement pour le football, mais pour le sport en général. Le State Law Office devrait ainsi travailler en toute indépendance dans cette affaire, et faire preuve de rigueur. Car il est grand temps que la MFA se plie, comme les autres fédérations, aux exigences des lois sportives du pays. Quant au ministre Stephan Toussaint, il devrait se saisir de l’opportunité qui se présente à lui, de permettre enfi n à cette discipline d’œuvrer dans la transparence et faire respecter son autorité.