Véritable levée de boucliers de dirigeants de quatre fédérations sportives à l’encontre du ministre de la Jeunesse et des Sports, Devanand Ritoo, et ses principaux collaborateurs. Au cours d’une conférence de presse tenue hier matin à Port-Louis, Nandkishore Fakun, président de la Fédération d’haltérophilie, Richard Papie, président de la Fédération de lutte, Vimal Basanta Lala, secrétaire de la Fédération de tennis de table, et Doreen Tiborcz, ancienne présidente de la Fédération de natation, ont dénoncé ce qu’ils considèrent comme l’ingérence du MJS au sein de leurs fédérations respectives.
Tout en avançant ne pas vouloir se retrouver en conflit avec le MJS, Nandkishore Fakun s’est demandé pourquoi des discussions n’ont pas été enclenchées avec les différentes fédérations dans le cadre des amendements à la Sports Act. D’autant que chaque fédération possède ses propres spécificités. « On vient parler de secret d’État. Cela prouve que le ministre est mal conseillé. Si les ingérences continuent, Maurice pourrait être suspendue par le Comité international olympique, tout comme l’a été le Koweït. »
Dans le cadre spécifique de l’haltérophilie, Nandkishore Fakun a fait état de la décision du MJS d’allouer 70 jours de stage en Bulgarie, alors que la fédération avait fait une demande pour 40 jours de stage dans le cadre de la préparation des derniers Jeux des îles. Il s’est également élevé contre le fait qu’aucun entraîneur national n’a été nommé, alors que Serge Calotte a fait ses preuves à la tête de l’équipe de Curepipe.
« Le MJS veut-il développer l’haltérophilie ? Alors comment pouvons-nous apporter des résultats sans la présence d’un entraîneur national ? » s’est-il demandé. Tout en qualifiant le budget accordé aux fédérations de « virtuel », le président de la FMH a soutenu que Devanand Ritoo est dépassé par les événements et la réalité. C’est ainsi que less haltérophiles n’ont pu participer aux derniers championnats du Commonwealth en Afrique du Sud, alors que rien n’a été obtenu du MJS jusqu’ici pour la tenue des championnats nationaux le 17 décembre.
Nandkishore Fakun s’élèvera également contre les propos du ministre Ritoo lors des derniers JIOI. Ce dernier faisant montre de sa frustration et de sa colère devant la prestation de la sélection de football et évoquait le fait de licencier l’entraîneur national, Ackbar Patel, et de se débarrasser de Vinod Persunnoo, président de la fédération de football, au retour au pays.