Promenade dans les couloirs du salon du livre. Sous les stands, beaucoup de fleurs de culture ont poussé durant ces quatre jours. Nous vous en rapportons quelques pétales.
Confluences, c’est la rencontre des gens du livre et des mots. Dans ce salon déambulent des anonymes et des personnalités que l’on ne croise pas tous les jours. En sari écarlate, coiffée d’une chevelure de jais, Ananda Devi longe l’allée centrale. Elle s’arrête pour un brin de causette avec le poète Umar Timol, dont un extrait du roman Journal d’une vieille folle est lu par Sandrine Raghoonauth. Le lendemain, c’est sous l’Arbre à Palabres que la comédienne prêtera son timbre au texte.