Sept semaines de travail, dont une uniquement basée sur le vote d’un projet de loi, et l’Assemblée nationale qui part en congé. C’est du jamais vu », s’indigne le leader de l’opposition lors de sa conférence de presse hebdomadaire, offusqué des trois semaines de congé du Parlement décrété par le Premier ministre. Pour Xavier Duval, « Pravind Jugnauth est trop gourmand, il a pris deux ministères importants, le Primeministership et celui des Finances, et aujourd’hui il s’en trouve essoufflé ».
« Avec les PNQ, PQ et motions percutantes présentées par l’opposition, il est clair ki poêlon la trop lourd, trop so pou Pravind trapé, li pe essoufflé », a déclaré Xavier Duval. L’opposition doit ronger son frein, dans l’incapacité où elle est de défendre les grévistes du Super Cash Back Gold à cause de la fermeture du Parlement. Pour le leader du PMSD, il ne fait aucun doute : « Le gouvernement ne tolère pas la transparence et ce déni de démocratie provoquera des descentes dans les rues pour que les gens se fassent entendre. » Il ne manquerait pas, à la première occasion, de débattre cette question au Parlement. Entre-temps, l’équipe légale et l’équipe de comptables des bleus se penchent sur l’affaire BAI, déclare-t-il. Et à propos de la BAI, « le gouvernement s’est engagé et ne peut aujourd’hui se désengager (…) Depuis le début, cela a été une pagaille généralisée ».
« Abus de pouvoir »
En ce qui concerne la mise à mort de la Bramer Bank, au lieu de nommer un conservateur, le permis de cette banque a été révoqué le soir même, fait-il remarquer. « Normalement, un liquidateur est nommé par les personnes à qui la banque doit de l’argent. Mais c’est le gouvernement qui a pris le contrôle de la liquidation et a tout nationalisé. La Bramer Bank est devenue la MauBank, la BAI Insurance est devenue la NIC. L’hôpital Apollo a été revendu au groupe Ciel », rappelle le leader de l’opposition et « en révoquant le permis de la banque, sa valeur, qui était de Rs 4 milliards, est tombée à zéro. Ce trou a eu un effet domino et a conduit à la faillite immédiate ».
Xavier Duval déplore la manière dont les assets de la BAI ont été liquidés : « C’est du jamais vu. On a été à l’encontre de toutes les règles d’usage. L’histoire reconnaîtra que la liquidation de la BAI a été faite avec beaucoup d’abus de pouvoir. Il y a eu une mauvaise gestion, du copinage, comme nous l’avons démontré avec la vente d’Apollo Bramwell et l’affaire Omega Ark » Pour le leader du PMSD, qui concède que la BAI était certes « malade », « la responsabilité du gouvernement est déjà engagée dans cette affaire. Il ne peut aujourd’hui se désengager. Il ne peut pas s’en laver les mains. Il faut trouver une solution ».
Il est aussi revenu sur le nouveau système du CSR en en faisant ressortir qu’en dépit d’un versement de 50 % par les entreprises, les fonds n’ont pas été utilisés depuis le début de l’année, « ce qui a fait déjà des victimes », Elan et Kinouété, engagées dans la réinsertion des prisonniers qui ont dû déposer leur bilan.
Xavier Duval affirme, d’autre par,t que la lutte contre la drogue, menée par le gouvernement ne reflète pas la réalité, et qu’en vérité, pour chaque 10 kg d’héroïne saisi, c’est 30 kg d’héroïne qui sont toujours en circulation à Maurice. Il est d’avis que la situation, en dépit des saisies, ne s’est pas améliorée et en veut pour preuve que, d’un côté, le prix est resté inchangé pour l’héroïne, prouvant par là qu’il n’y a pas pénurie de ct stupéfiant, et que d’un autre côté, la baisse du prix des drogues synthétiques provoque une consommation grandissante.
Recherche d’un Emmanuel Macron à Rodrigues
S’agissant de Rodrigues, Xavier Duval ne cache pas sa déception face à la motion présentée par Serge Clair en vue de changer le nom de l’aéroport Sir Gaëtan Duval en celui de Plaine-Corail. Selon lui, « c’est une manoeuvre de vengeance du chef Commissaire qui a choqué la population rodriguaise et mauricienne ». Il dit espérer que le gouvernement mauricien prendra ses responsabilités. Parallèlement, il indique que les bleus sont à la recherche d’un leader charismatique à Rodrigues. Un jeune, homme ou femme, de la trempe d’Emmanuel Macron, qui serait porteur d’espoir pour Rodrigues.
« Un PM Bleu, seul moyen pour que Maurice prenne un nouveau départ »
Il est revenu sur le congrès tenu dimanche dernier à Ébène pour célébrer les 62 ans du parti et les 30 ans de carrière politique de Xavier Duval. Un congrès qui a réuni plus de « 10 000 partisans enthousiastes ». Ainsi la force grandissante du PMSD exige, à court et moyen termes, un Premier ministre issu de ses rangs. « C’est le seul moyen pour que Maurice prenne un nouveau départ dans la transparence, avec un gouvernement honnête et intègre », estime Xavier Duval. Il a profité de l’occasion pour rappeler les grandes lignes du manifeste électoral des bleus, énoncé dimanche dernier. Au PMSD, il sera ainsi question de 1) Pas plus de deux mandats consécutifs pour un PM ; 2) La professionnalisation du Conseil des ministres avec un non- élu pouvant être nommé ministre ; 3) La nomination des dirigeants des corps paraétatiques par un comité parlementaire ; 4) l’extension de l’Equal Opportunities Act à la fonction publique ; 5) mieux équiper les policiers pour qu’ils puissent faire leur travail ; 6) une augmentation du budget de l’Education pour atteindre Rs 20 milliards ; 7) un combat sans relâche contre la drogue ; 8) un durcissement de la loi relative à la violence domestique ; 9) l’amélioration des infrastructures publiques et 10) un meilleur accès à la plage pour les Mauriciens.