Un accord de principe a été conclu ce matin entre le ministre congolais chargé des zones économiques spéciales dans la République du Congo, Alain Akouala Atipault, et le président du BOI Maurice Lam. Il prévoit la mise à la disposition de Maurice des études de faisabilité réalisées sur les quatre zones spéciales créées par les autorités congolaises.
« Nous nous attendons à ce que le secteur privé mauricien fasse des propositions afin de réaliser un plan d’action chronologique et séquentielle », a déclaré le ministre congolais, qui a annoncé un budget de quelque 200 millions de dollars pour la construction des infrastructures. Alain Akouala Atipault a souhaité que le plan d’action soit prêt avec la visite que devrait effectuer le Premier ministre mauricien Navin Ramgoolam dans ce pays à l’invitation du président Denis Sassou Nguesso, qui, lui, a effectué une visite officielle à Maurice en juillet 2011.
Le délégation congolaise a eu une session de travail avec les membres du secteur privé ce matin. Plusieurs points ont été soulevés par les opérateurs privés notamment la lenteur administrative et le problème de visa d’entrée dans le pays.
Maurice Lam, président du BOI, a évoqué le potentiel qu’offre le Congo et a estimé que la zone économique spéciale de la région d’Oyo Ollombo est la plus appropriée pour le opérateurs mauriciens. Cette zone d’une superficie de 760 318 hectares offre de nombreux avantages en particulier pour ce qui est de l’agriculture.
Le secrétaire financier Dev Manraj a souligné la volonté du Premier ministre Navin Ramgoolam et celle du VPM et ministre des Finances Xavier-Luc Duval de faire en sorte que les opérateurs mauriciens tournent leur regard vers l’Afrique. Il a observé que les opérateurs ne devraient pas aller en solitaire dans ce pays mais qu’ils devraient entreprendre des actions concertées avec les instances gouvernementales, entre autres. « Le gouvernement sera à vos côtés dans cette entreprise », a-t-il dit.
Plusieurs accords entre Maurice et le Congo avaient été signés lors de la visite de Sassou Nguesso à Maurice. Le ministre congolais a fait mention de l’accord qui protège les investissements au Congo et à Maurice ainsi que celui concernant la non double imposition. En réponse à une question du public il a déclaré catégoriquement que Maurice n’est pas un paradis fiscal, comme certains veulent faire accroire.