Le ministre des Affaires étrangères Arvin Boolell qui était dans son fief à Rose-Belle hier à l’occasion d’un congrès au collège Winsor, a lancé une mise en garde contre une campagne de psychose entretenue par l’Opposition. « D’ici la rentrée parlementaire, nous assisterons à une bataille psychologique, une campagne de psychose. Nous savons comment travaille le MSM », a-t-il lancé.
Arvin Boolell a demandé à ses partisans de faire la différence entre les dirigeants du MSM et du MMM, et leurs activistes. Ils les a invités à créer les espaces nécessaires pour accueillir ces derniers. Rappelant l’évolution politique depuis 1983, Arvin Boolell a affirmé que c’est à Rose-Belle qu’a été lancé le revival du Ptr dans des moments difficiles en1990/1991. Il s’est appesanti sur les péripéties des alliances et des ruptures entre le Ptr et le MSM. Il a rappelé que l’alliance du Ptr avec le MMM en 1995 avait été conclue au nom de la stabilité politique et économique « afin que chaque citoyen puisse jouir du fruit de son travail ». Cette alliance, a-t-il dit, avait échoué à la suite d’une campagne visant à faire accroire que le Premier ministre ne faisait pas son travail et une campagne de « hearsay ».
Poursuivant son intervention Arvin Boolell a affirmé : « Nous connaissons la stratégie de l’Opposition aujourd’hui et nous nous préparons déjà à répondre aux interpellations. Nous répondrons coup pour coup » a-t-il dit en souhaitant que la MBC retransmette en direct les joutes parlementaires. « Nou pou diboute, nou pou manz ar zot, nou pa pou kile », a-t-il lancé. Il a également fait mention des relations entre le MMM et le MSM et considère qu’un important courant au sein du MMM est opposé à toute alliance avec le MSM. Il a invité les activistes du MMM et du MSM à se joindre au Ptr « qui porte désormais le flambeau ».
Arvin Boolell a à un certain moment souligné l’importance du dialogue. « Si Paul Bérenger veut en sa qualité de leader de l’Opposition parler de certaines réformes en profondeur au Premier ministre, ce dernier ne dira pas non », a-t-il lancé. Il a estimé que pour qu’il y ait une réforme électorale, il faut un accord électoral. « Toutefois avant cette réforme électorale, il y aura le budget qui s’intéressera aux aspirations de la population », a dit Arvin Boolell. Selon lui le nouveau ministre des Finances Xavier Luc Duval saura être à la hauteur de la situation et relever le défi. Il a finalement dénoncé l’annonce par le MSM de l’organisation d’une manifestation le 22 septembre devant l’Icac. Il a donné l’assurance que le gouvernement au pouvoir terminera son mandat et que le Premier ministre Navin Ramgoolam et son équipe sera toujours là pour la célébration du 50e anniversaire de l’indépendance en 2013.
Le congrès était présidé par Reetoo Mungur et a vu la participation de l’ancien ministre Vishnu Bundhun qui a souligné que lorsqu’il y avait des allégations contre lui quand il était ministre, il n’a pas hésité à démissionner de son poste y compris de toutes les instances du Parti travailliste, le temps de l’enquête.
Le ministre de la Fonction publique, Satyadeo Mootia devait d’emblée lancer aux activistes présents hier à Rose-Belle qu’ils ont marqué l’histoire en élisant trois députés rouges dans la circonscription n° 11 (Rose-Belle-Grand-Port).
Lormesh Bundhoo devait traiter Pravind Jugnauth de « nimakharam » après avoir fait l’historique de la politique depuis 1982. Il a demandé des comptes à l’ex-ministre des Finances sur la signature des documents portant sur l’achat de la clinique MedPoint par le gouvernement en arguant que cela s’est fait avant le 31 décembre « dans le but de ne pas payer les impôts nécessaires ». Il demande alors pourquoi celui-ci en tant que ministre de Finances n’a pas bloqué le dossier s’il n’était pas d’accord avec cette acquisition par l’État. Il demande également combien d’argent rapporte le Sun Trust et où vont ces revenus. À Paul Bérenger, il demande pourquoi il a attiré Shekar Naidu, Ashock Jugnauth et Joe Lesjongard loin du MSM. Il devait énumérer les projets populaires mis en place par le gouvernement travailliste à savoir le transport gratuit, la pension de vieillesse entre autres. Aujourd’hui, dit-il, le ministre Boolell, considéré comme « le roi du n° 11 », concrétise le programme de migration circulaire qui donne l’occasion aux Mauriciens de travailler à l’étranger, de se faire de l’argent et de revenir avec une certaine expertise dans leur domaine respectif.
Suren Dayal, ministre de l’Intégration sociale, devait quant à lui parler de gouvernement actuel en le qualifiant de gouvernement « homogène ». Il a observé qu’Ashock jugnauth est un « gentleman » et que Pravind Jugnauth doit apprendre de lui. Selon lui, « le Ptr s’est sacrifié pour le pays » en offrant 40 % de place au MSM aux dernières élections. Selon lui le MSM n’existe pas sans le Ptr ou le MMM. Rajesh Bhowon s’est également adressé à l’assistance.