L’aile féminine du PSMD a organisé un congrès ce samedi dans le cadre de la Journée internationale de la femme. C’est à Belle-Rose que les différentes oratrices ont pris la parole devant une foule composée principalement de femmes. La députée Aurore Perraud n’a pas manqué de souligner qu’avec le PMSD « na pena lakwizinn ». Elle a à cet effet expliqué que le PMSD aurait quitté le gouvernement pour le bien-être du peuple.

« Dans l’opposition, nous travaillons pour l’intérêt du pays, sinon il ira à la dérive. Le PMSD ne regarde pas son propre intérêt. Chaque femme est un soldat, un leader », a déclaré la députée.

Pour Véronique Leu, présidente du parti, le PMSD a contribué à l’émancipation de la femme mauricienne. « La femme doit prendre conscience qu’elle représente un vrai pouvoir dans la société ».

La présidente du PMSD soutient qu’une fois au pouvoir, le PMSD abolira le certificat de moralité. « Nous prenons l’engagement d’abolir le certificat de moralité pour donner à tous les enfants une deuxième chance. Nous remettrons aussi le système CSR d’origine en place afin que les ONG puissent mener à bien leur mission dans la société. » Elle a également tenu à maintenir la position du PMSD selon laquelle « un drogué doit être avant tout considéré comme un malade et que les mentalités doivent évoluer concernant le cannabis thérapeutique ». 

Malini Sewocksingh, députée du PMSD, estime quant à elle que ce gouvernement ne prend pas la femme « au sérieux ». La députée affirme qu’à l’approche des prochaines élections « tou kalite lera pou vinn tap laport ». Malini Sewocksingh a ainsi tenu à rappeler que personne ne pourra mettre des bâtons dans les roues des femmes à Maurice et que « leur destin est entre leurs mains ».

Prenant également la parole durant ce congrès, Mamade Khodabaccus a affirmé que le pays entamera les élections en septembre 2019. « C’est notre présence dans l’Alliance Lepep, qui nous a fait remporter les élections en 2014. Qu’est-ce qui nous a fait quitter ? C’est parce que nous sommes des gladiateurs de la liberté. Notre sacrifice a été pour sauver la démocratie », soutient Mamade Khodabaccus ajoutant que « l’avenir de Maurice est intimement lié au PMSD ».