« 60% dimounn pa kone ki zot pou vote pou prosin eleksion ». C’est ce qu’a estimé le leader du Mouvement Patriotique, Alan Ganoo, à un congrès nocturne à La Tour Koenig ce jeudi 4 avril. Pour lui, une confusion règne sur la scène politique. « Aujourd’hui la population est indécise ».

Conjointement avec la Plateforme Militante, Alan Ganoo a fait part de son avis quant aux situations actuelles au sein des différents partis politiques. « Quel choix avons-nous aujourd’hui ? Le MMM est K.O. Le Parti Travailliste et le PMSD sont également en difficulté ». Selon le leader du MP, le peuple a besoin d’une nouvelle vitrine qui ne va pas trahir son engagement et ses promesses. « Vous devez savoir comment choisir l’équipe qui pourra faire cela ».

Il a affirmé que le gouvernement a perdu « beaucoup de point » et qu’à chaque fois que Pravind Jugnauth fait « un pas en avant, il en fait cinq en arrière à cause de son entourage ».

Pour Jean-Claude Barbier, le député de la circonscription No 1, le Mouvement Patriotique et la Plateforme Militante avancent ensemble avec la même vision et détermination afin d’emmener le pays dans une bonne direction.

« Aujourd’hui, nous avons commencé un travail conjoint. Notre priorité est l’enseignement et les valeurs que nous militons depuis longtemps », fait-il ressortir.

Durant son allocution, Jean Claude Barbier a réitéré le combat du MP pour d’introduction le kreol au parlement et la dépénalisation du cannabis à des fins médicale. Il a également parler du fléau de la drogue, qu’il décrit comme une situation « très grave », soutenant qu’un « gros travail doit être fait au niveau des jeunes ».

Du côté de Françoise Labelle, de la Plateforme Militante, elle avance qu’une des idées de leur programme est que les électeurs puissent « demander des comptes à leur député ». À cet effet, Françoise Labelle souhaite également pouvoir révoquer le député s’il il le faut. « C’est votre droit de demander que le député de vote endroit vous rende des comptes ».

Elle est aussi d’avis que le MP et le Plateforme militante ont la même vision pour l’avenir du pays. « Que tous les enfants vivent dans un pays où ils ont tous la même chance dans la vie ».

Pradeep Jeeha, ex-leader adjoint du MMM, n’a, quant à lui, pas manqué l’occasion de critiquer son ancien parti et son leader, Paul Bérenger. « Nous avons le courage de dire à Paul assez. Le MMM n’est plus comme auparavant ». Aujourd’hui, dit-il, « la parole du MMM a perdu toute crédibilité ».