L’essentiel des discours de Sir Anerood Jugnauth et Pravind Jugnauth était articulé, sur ce qu’ils estiment être la « haute trahison » de Paul Bérenger envers le Remake 2000, lors du congrès du MSM à St-Pierre, hier. Ils se sont vivement attaqués au leader des mauves. SAJ, qui dit ressentir désormais de la pitié pour son ancien partenaire, a allégué que le PM Navin Ramgoolam posséderait des dossiers compromettants sur Bérenger qui auraient forcé ce dernier à conclure une alliance avec le PTr.
SAJ, tous comme les autres membres du MSM, n’y est pas allé de main morte en s’attaquant au leader du MMM. « Je n’ai plus que de la pitié pour Bérenger. Ce enn dernier malprop… Line manz gato are mwa pou mo lanniverser alors ki so banne zom pe negocyer lallians ek Navin. C’est le plus grand hypocrite qui puisse exister dans ce pays », a affirmé Sir Anerood Jugnauth qui met en doute l’intégrité et l’honnêteté du leader du MMM. « S’il était vraiment honnête, à partir du moment où il a décidé de négocier avec Ramgoolam, Bérenger aurait dû démissionner comme leader de l’opposition », a affirmé SAJ devant ses partisans au No 8, hier soir.
Sir Anerood Jugnauth a allégué que le Premier ministre posséderait des dossiers compromettants sur Paul Bérenger, ce qui aurait forcé ce dernier à conclure une alliance avec le PTr. « Mo sire ki Navin ena enn dossier are ki linn crack Bérenger », a-t-il soutenu. SAJ promet ainsi de divulguer les informations en temps et lieu, mais d’abord, dit-il, il devra mener une enquête pour voir si ces allégations en question sont fondées. Paul Bérenger, soutient-il, va bientôt regretter d’avoir conclu une alliance avec les rouges. Se prononçant sur l’avènement d’une deuxième République avec Navin Ramgoolam comme président, SAJ a affirmé que la population devra réfléchir correctement pour voir si elle veut « subir » Ramgoolam pour encore sept années comme président de la République.
Les membres du MSM se sont donnés à coeur joie pour tourner en dérision Paul Bérenger et prendre à contre-pied le leader du MMM sur ses différentes déclarations à l’encontre du gouvernement de Navin Ramgoolam. « Dans enn declarasyion de presse, Paul dire a kel pwin ki hair Ramgoolam et zordi ler fini fer allians, li dire li emu », a lancé, d’un ton amusé, le leader du MSM, Pravind Jugnauth. Le leader des mauves semble, selon Pravind Jugnauth, avoir oublié les différents scandales qu’il dénonçait en tant que leader de l’opposition et partenaire du Remake comme celui des planteurs de Jin Fei, l’affaire du campement de Roches-Noires, la firme Sarako, les inondations meurtrières de Port-Louis, sans compter les critiques à l’encontre des ministres du PTr. De la même manière, Pravind Jugnauth a rappelé que Navin Ramgoolam a qualifié Bérenger d’« assoiffé de pouvoir » dans le passé. « To pou trouver Ramgoolam pour netoye twa », a-t-il dit en parlant de « trahison historique » de Paul Bérenger. « Paul Bérenger a trahi l’espoir de la population, des militants koltar et la confiance du MSM », soutient Pravind Jugnauth qui accuse le leader du MMM de « dérailler », voire d’avoir « perdu la tête ».
Propositions électorales du MSM
Le leader du MSM, qui promet une surprise, voire un choc au duo Bérenger/Ramgoolam à la reprise des travaux parlementaires, a dévoilé les grandes lignes de ses propositions pour les prochaines élections telles un salaire minimum garanti aux travailleurs, la révision des infrastructures routières et du système du permis à points avec ses pénalités, la correction des « gabegies » d’Anil Bachoo, la relance du projet de faire de Highlands une ville, de faire de Maurice une « duty free island » et d’accorder priorité à des projets tels que la fourniture d’eau potable 24/24. « Quand l’assemblée sera dissoute, ce qui sera pour bientôt, le pouvoir de décider n’appartiendra plus à Navin Ramgoolam, ni à Paul Bérenger, mais au peuple à travers un vote de sanction », a laissé entendre le leader du MSM.
Auparavant, le président du parti, Showkutally Soodhun, a lancé une invitation aux partis politiques « de bonne volonté » à soutenir la candidature de SAJ comme Premier ministre. À noter par ailleurs que les intervenants n’ont pas commenté au cours de ce rassemblement le départ du PMSD du gouvernement.