Lors du congrès tenu hier soir à la municipalité de Vacoas, Sir Aneerood Jugnauth (SAJ) n’a pas mâché ses mots envers Navin Ramgoolam et Paul Bérenger. Réagissant aux propos tenus par le Premier ministre ces derniers temps, SAJ a soutenu que « c’est la culture des travaillistes de faire passer leurs intérêts avant ceux de la population ». « Li pou manz tou gato, so lapeti pa pou kapav satisfer, li pou manz dan ou par tou », a-t-il déclaré. Commentant le comportement politique de Paul Bérenger, SAJ a estimé que ce dernier n’est pas digne de confiance et n’a pas de principe.
« Je suis convaincu que les partisans du MMM sont aussi présents à nos congrès car ils ne peuvent plus supporter l’attitude de leur leader Paul Bérenger, qui est en train de zigzaguer. Zot tou dakor ki Ramgoolam bizin ale », a soutenu Sir Aneerood au début de son intervention. Sir Aneerood Jugnauth s’est par ailleurs penché sur sa démission par le passé parce qu’il ne pouvait plus supporter la façon dont Sir Seewoosagur Ramgoolam dirigeait le pays. « J’ai démissionné parce que j’avais mes principes. Dans la vie il faut être honnête, sincère et avoir de l’amour pour les responsabilités que l’on vous a confié. Je me suis toujours laissé guider par cette philosophie », a déclaré SAJ. Réagissant aux récents propos de Navin Ramgoolam, l’ex-président de la République a soutenu que « c’est la culture des travaillistes de faire passer leurs intérêts avant ceux de la population ». « Li pou manz tou gato, so lapeti pa pou kapav satisfer, li pou manz dan ou par tou », a-t-il avancé.
Sir Aneerood Jugnauth a également affirmé que Navin Ramgoolam a opté pour la prorogation du Parlement de peur que Paul Bérenger lui pose des questions sur sa Rolls Royce et sa Declaration of Assets. Sir Aneerood Jugnauth est, par ailleurs, revenu sur l’époque où Navin Ramgoolam était venu le voir pour qu’il accepte un deuxième mandat de Président de la République. « C’est lui qui était venu me voir et m’avait supplié. J’avais imposé mes conditions que s’il arrête de négocier avec Paul Bérenger, je resterai », a souligné SAJ. S’attardant sur la manière dont Navin Ramgoolam dirige le pays, SAJ a soutenu que le fils est en train de mener le pays à la ruine bien plus vite que son père ne l’avait fait dans les années 80. « Si par maler Navin Ramgoolam revinn Premye Minis, dimounn pou mor san manze dan sa pei la. Lepep bizin pa vinn plore apre », a-t-il dit.
Par ailleurs, il n’a pas fait de cadeau à Paul Bérenger non plus. « Paul Bérenger ine fer so parti gayn repitasyon beki. C’est une trahison envers la population », a-t-il dit. « Bérenger est cette même personne qui était venue me voir pour une alliance et qui lors de chaque réunion les mercredi passait des heures à critiquer Navin Ramgoolam. Aujourd’hui il demande à son propre parti de ne pas le critiquer. Comment faire confiance à une telle personne », a martelé Sir Aneerood Jugnauth. « Tou kou li nek dir enough is enough. So enough zame ena fin ».
SAJ estime que Paul Bérenger est le complice de Navin Ramgoolam en vue d’induire la population en erreur. SAJ a affirmé que le MSM n’a pas besoin d’alliance. « Nous allons faire une alliance avec le peuple et en assumer la responsabilité », a-t-il soutenu. « Si je deviens le Premier Ministre, si pa met Ramgoolam dans prison mo sanz mo nom. Ziska zordi li pan finn ferm moi parski li konn mo droit », a conclu Sir Aneerood Jugnauth.
Ont aussi pris la parole lors du congrès d’hier soir à Vacoas, Leela Devi Dookhun, Nando Bodha, Pravind Jugnauth, Showkutally Soodun et Etienne Sinatambou.