La stabilité gouvernementale a été un des points forts du discours prononcé par le leader du PMSD, Xavier-Luc Duval, à l’occasion du congrès national de son parti organisé dans la cour de l’école hôtelière à Ebène et qui, selon lui, a réuni quelque 15 000 personnes.
« Si tou lezur gagne lager dan gouvernman pena stabilité » a-t-il lancé sans toutefois faire mention des conflits ouverts que se manifestent au sein du gouvernement actuel.
Xavier-Luc Duval, qui occupe les fonctions de Premier ministre adjoint et de ministre du Tourisme, a présenté la compétence comme une des grandes valeurs essentiels au développement économique et social du pays. « Pas capave faire développement avec l’incompétence », a-t-il souligné insistant que si le ministère du Tourisme comme les autres ministères gérés par le PMSD donnent des résultats escomptés  c’est parce que toutes les institutions tombant sous leurs autorités fonctionnent sur la base de la méritocratie. « C’est la compétence qui permet de combattre la discrimination », a-t-il insisté.
Le leader du PMSD a expliqué que son parti n’est pas disposé à s’ouvrir à des nouveaux membres à n’importe quel prix. «  Il n’y a pas de place pour les racistes, les castéistes, les communalistes dans le PMSD», a-t-il lancé.
Reconnaissant que la sécurité dans le pays ait connu une détérioration, Xavier Luc Duval a affirmé que la question de law and order constitue une priorité de son parti et qu’il travaillera à tous les niveaux dans les pays, du gouvernement, du parlement, de son ministère, des villes gérées par le PMSD pour rémédier à la situation. Il s’est dit convaincu qu’il y a une solution contre la drogue. Cette lutte doit constituer une priorité pour chaque mauricien, a-t-il observé «Je préside un comité ministériel sur le law and order qui vise entre autres à faire en sorte que la police soit plus accessible aux Mauriciens. Nous pouvons nous inspirer de ce qui se fait en Allemagne et à New York », a-t-il dit. Il a, également, insisté la nécessité d’être impitoyable vis-à-vis de tous ceux responsables de la violence domestique.
Xavier Luc Duval a également évoqué le rôle des ministres, PPS et parlementaires qui sont, aujourd’hui bien, pays. « Nous bien payé nous bisin ranne l’appel », a-t-il dit. Il a rappelé qu’après quatre ans tous les parlementaires devront retourner dans leur circonscription pour rendre des comptes à l’électorat. « Pas pran l’electorat pou banne n’importe » a-t-il prévenu. Pour lui, ce n’est pas à travers les discours mais dans l’action que les résultats sont obtenus. Il a aussi évoqué la réforme électorale qui est étudié par un comité placé sous sa présidence. Il a rappelé qu’une série de recommandations ont déjà été faites concernant le financement des partis politiques qui devraient permettre de « finir avec les magouilles dans le financement des partis politiques ». Toujours au chapitre de la réforme électorale, Xavier-Luc Duval a affirmé que le PMSD ne transigera jamais sur l’importance du maintien du système de Best losers. De la même manière le PMSD n’acceptera jamais la peine de mort. « La peine de mort ne constitue pas une solution à l’échec de la police et du système de justice. La peine de mort n’est pas une solution au problème de law and order », a-t-il dit. Dans une autre ligne d’idées, Xavier Luc Duval a annoncé que les artistes seront payés par la MASA cette semaine. Il a aussi fait l’éloge de la fonction publique qui est responsable de la bonne marche des services gouvernementaux.
Il a finalement rappelé que le pouvoir n’a pas pas destiné à casser les reins de son prochain mais à faire le bien et à travailler pour la prospérité de chaque Mauricien.
Nando Bodha du MSM et Eddy Boissezon du ML étaient présents au congrès du PMSD. Parmi qui ont pris la parole hier figurait le secrétaire général du PMSD qui a amené la foule dire que la prochaine étape de Xavier Duval doit être celle de la fonction premier ministérielle. Aurore Perraud a parlé des activités de son ministère alors qu’Adrien Duval s’est adressé aux jeunes et a rappelé qu’on ne fait pas de la politique pour faire de l’argent. Le président du PMSD Ramalingum Maistry a énoncé pour sa part les codes d’éthique que doivent appliquer tous les membres du PMSD.