Revenant sur les allégations du leader du FSM Cehl Meeah, le ministre Abu Kasenally, lors d’un congrès nocturne à Wooton, Curepipe, hier soir, a expliqué qu’aucune action ne peut être prise sans preuve. D’autres membres du Ptr/PMSD se sont également attaqués au MMM.
Le ministre des Terres et du Logement Abu Kasenally a fait le procès de Cehl Meeah et du leader de l’opposition Paul Bérenger. « Enn boug kouma Cehl Meeah pe lans nu Premier ministr defi ». Selon lui, les allégations du leader du FSM sont infondées. « Li pe demann PM pran laksion me pa kapav pran laksion san preuve ». Ce dernier a mis l’emphase sur la stabilité et la durabilité du Ptr/PMSD. « Zot panse akoz eleksion nu per ? » Le ministre a dit sa confiance d’une victoire de l’alliance gouvernementale aux municipales du 9 décembre. « Eleksion pe gagne davans. Bizin fer tou dimounn vote », dit-il.
Edley Chimon, pour sa part, a évoqué la détermination des candidats du Ptr/PMSD. « Lopozision pe vinn ek enn lalians ek pe vinn koz Remake. Ou ki ou anvi viv ou ? Dan le pase ? Ou bien ou anvi pans lavenir ? »
Le ministre Michaël Sik Yuen a soutenu une fois de plus que le gouvernement est le seul à détenir les fonds pour le développement continu dans le pays. Sunil Dowarkasing, ancien candidat du MSM lors des élections générales de 2010, a fait le procès du Remake 2000. « MSM pe disparet de zour an zour. Apre minisipal, pou ena kassur. Premier kalot ki Bérenger pou gagne li pou minisipal », a-t-il lancé, avant de parler de la synchronisation qui doit se faire entre les municipalités et le gouvernement central. « Ou bizin al dan sans gouvernman. Pa kapav rekile. MMM nek pe kritike ».
Pour sa part, la ministre de la Sécurité sociale, qui était en campagne à La Mairée, Eau-Coulée, hier soir, a demandé à l’électorat curepipien de voter pour la continuité. Sheila Bappoo a dirigé ses attaques essentiellement sur le MSM, rappelant que ce parti avait sollicité le vote des électeurs rouges lors des dernières élections générales et a vu des députés élus sous le leadership du Premier ministre Navin Ramgoolam. Elle a accusé ce parti d’avoir trahi son électorat en quittant le gouvernement quatorze mois après afin de faire pression sur le PM dans le cadre de l’affaire MedPoint.
Commentant la campagne de l’Alliance MMM/MSM qui réclame une « élection correction », Sheila Bappoo s’est demandé quelle correction et à qui. Elle estime que c’est le MSM qui mérite la plus grande correction parce qu’il est une opposition illégitime. « L’Opposition légitime c’est le MMM », a-t-elle insisté. Plusieurs dirigeants et ministres travaillistes ont participé à ce congrès nocturne dont les ministres Satish Faugoo et Jim Seetaram