Le conseil municipal de Beau-Bassin/Rose-Hill a voté hier après-midi une motion du conseiller Aubeeluck (Ptr) en vue d’instituer un comité avec pour attribution de déterminer comment loger les marchands de rue dans le centre-ville de Rose-Hill durant la période des fêtes de fin d’année. Le conseiller Rashad Daureeawoo (MSM) a qualifié cette démarche de « tentative de corrompre l’électorat de BB/RH à la veille des prochaines élections municipales ». Le maire Norbert Froget (PMSD), absent de cette réunion pour raisons familiales, a déclaré au Mauricien ce matin qu’il « ne transige pas sur le respect d’un jugement de la Cour suprême en décembre 2010 en faveur de l’Association des commerçants de BB/RH et ne cautionnera aucune démarche qui serait illégale ».
La question des marchands de rue en cette fin d’année a été le principal sujet de discussions à cette réunion du conseil hier après-midi, qui était présidée par l’adjointe au maire Lovena Sowkhee. Une vingtaine de marchands étaient présents dans la salle du conseil au moment où le conseiller Raj Aubeeluck présentait sa motion considérée comme « urgente » selon l’ordre du jour et qui est comme suit : « The festive end of year period is coming and I propose that the Council sets up a committee to discuss where shall we relocate the hawkers of BB/RH during the period of 15 December 2012/15 January 2013. »
Le conseiller Rashad Daureeawoo, qui avait parlé en faveur des marchands de rue lors de la réunion du conseil du 18 octobre en demandant à la mairie de leur trouver une place pour les fêtes de fin d’année, a trouvé hier que cette motion du conseiller Aubeeluck sonne comme une tentative de bribe électoral. « On veut corrompre la municipalité de Beau-Bassin/Rose-Hill à la veille des élections municipales », a répété Rashad Daureeawoo. Mais le conseiller PMSD Gilwyn L’Assiette a protesté vivement contre le terme “corrompre” employé par son collègue qui, à son avis, est en train d’insinuer que « le conseil est corrompu ». « Venir dire que nous sommes corrompus est cheap et déplorable de la part de M. Daureeawoo », a répliqué le conseiller L’Assiette, qui a insisté auprès du maire pour que le conseiller Daureeawoo retire ce mot. Mais ce dernier a objecté en soutenant qu’il n’a jamais employé le terme « corrompu ». « Mais je maintiens qu’il y a une tentative de corrompre », a-t-il poursuivi. Devant le refus du conseiller Daureeawoo de retirer le mot, le conseil a voté une motion réclamant son expulsion de cette réunion.
Selon le conseiller Peerally, élu sous la bannière de l’Alliance sociale en 2005 mais qui est passé depuis environ deux ans dans les rangs de l’opposition, le conseil « est en train de leurrer les marchands ambulants ». « Nous sommes là depuis 2007 et nous n’avons rien fait. Ce n’est pas à la veille des élections que nous allons embêter ces marchands malheureux », a lancé M. Peerally à ses collègues. « Je signale à M. Peerally qu’il a été conseiller pendant cinq ans de la majorité. Qu’a-t-il fait ? Il y a un jugement de la Cour suprême et je signale à M. Peerally que ces commerçants paient la licence auprès de la municipalité. Ne venez pas défendre l’indéfendable », a réagi le conseiller l’Assiette, qui s’est abstenu de voter la motion du conseiller Aubeeluck.
Ce comité nommé hier après-midi est composé de conseillers et d’employé municipaux et devait tenir sa première réunion aujourd’hui. Norbert Froget, qui est absent de la mairie en ce moment, dit suivre l’évolution de ce dossier. « L’ensemble du conseil est au courant des raisons de mon absence de cette réunion d’hier, y compris la direction de mon parti. Je vais aller d’après le jugement rendu en décembre 2010. Je ne vais pas mettre en pratique ce qui est illégal », a affirmé Norbert Froget au Mauricien ce matin.