Photo illustration

14 semaines de congé de maternité, y compris six semaines de congé postnatal obligatoire.

Les enfants étaient à l’honneur hier au conseil des ministres tant ils faisaient l’objet de plusieurs décisions gouvernementales. Ainsi, le Cabinet a approuvé la rédaction d’un Children’s Bill, qui est réclamé depuis longtemps. Selon le gouvernement, cette décision est conforme aux grandes orientations définies à la suite de consultations avec les principales parties prenantes. L’objectif principal du projet de loi consiste à transposer en droit interne les dispositions de la convention des Nations unies relatives aux droits de l’enfant et de la charte africaine des droits et du bien-être de l’enfant.

Le texte de loi devra inclure de nouvelles dispositions au regard de l’intérêt supérieur de l’enfant, notamment l’amélioration des soins et de la protection des enfants, la promotion du développement et du bien-être des enfants, y compris les handicapés, et l’assistance et la protection des familles. L’actuel texte de loi sur la protection des enfants sera abrogé.
Le Cabinet a également accepté de ratifier la Maternity Protection Convention, 2000 (No. 183) of the International Labour Organisation. La convention s’applique à toutes les femmes salariées, y compris à des formes atypiques de travail et prévoit l’extension de la protection à toutes les femmes employées. Les femmes ont droit à au moins 14 semaines de congé de maternité, y compris six semaines de congé postnatal obligatoire.
Les congés supplémentaires en cas de maladie, de complications ou de risques de complications liés à la grossesse ou à l’accouchement doivent être pris en considération.
Les prestations en espèces pendant les congés doivent représenter au moins les deux tiers des gains antérieurs ou assurés. Les femmes ont droit à l’accès aux soins médicaux, y compris les soins prénatals, à l’accouchement et aux soins postnatals, ainsi qu’à l’hospitalisation lorsque cela est nécessaire. Une pause journalière avec salaire est prévue pour l’allaitement. La convention tient compte de la protection de l’emploi et non-discrimination.

Le Cabinet a aussi pris note des activités organisées dans le cadre de la Journée de l’enfant africain 2019 qui sera commémorée le 16 juin. Parmi les activités prévues figure l’organisation d’un Forum des enfants le 13 juin 2019 à la Salle des Fêtes, Plaza, Rose-Hill, où les élèves des écoles primaires et secondaires seraient invités à participer à une élocution sur « les effets néfastes des drogues et de l’abus de substances » et sur les « valeurs familiales » suivi d’une séance interactive en présence de membres du panel comprenant des représentants des forces de police, un médecin, un avocat, un sociologue et un psychologue.

Une campagne agressive de « 16 jours – 16 droits » sur les droits de l’enfant, conformément à la Convention relative aux droits de l’enfant du 1er au 16 juin 2019, dans certaines écoles primaires et secondaires et dans le club des enfants.