Les membres de l’opposition Ptr/PMSD au Conseil municipal de Quatre-Bornes ont brillé par leur absence hier lors d’une réunion spéciale du Conseil, convoquée le jour même par la maire, Rooma Meetoo. Le Conseil devait examiner une motion « urgente » de Rooma Meetoo visant à reloger les 28 marchands d’alimentation opérant rue des Girofliers dans le nouveau Food Court. L’opposition estime « inélégante la manière de faire » de la maire.
« En tant que conseillers Ptr/PMSD à Quatre-Bornes, nous ne sommes pas contre le relogement des marchands d’alimentation opérant aux avenues des Girofliers et Newton dans le nouveau Food Court. Au contraire, c’est l’ancienne équipe Ptr/PMSD qui a initié ce projet de Food Court. Mais nous nous élevons contre ce que nous considérons comme une manière inélégante de la maire de Quatre-Bornes, Mme Rooma Meetoo. D’une part, il est déplorable qu’elle se soit autorisée à nous convoquer le même jour, soit à peine trois heures avant la tenue de la réunion, et ce sans même prendre en considération qu’il nous était pratiquement impossible matériellement de faire les arrangements nécessaires, dans un si court délai, pour y assister. D’autre part, nous ne comprenons pas l’urgence de cette réunion et de cette motion. D’autant que la réunion mensuelle du Conseil est prévue ce vendredi même, soit seulement quatre jours plus tard », a déclaré le chef de file de l’opposition Ptr/PMSD, le conseiller Shankar Gaya.
« Nous nous demandons s’il ne s’agit pas d’une manoeuvre de la majorité MMM/MSM pour nous évincer des discussions et en tirer ainsi un capital politique. C’est d’autant plus probable que nous savons tous que le MMM/MSM a subi des revers sur le dossier des marchands ambulants à Port-Louis et que c’est peut-être une tentative de redorer leur blason avec l’inauguration officielle du Food Court à Quatre-Bornes », poursuit notre interlocuteur.
« Il est de notoriété publique que le PMSD est pour la transparence et l’égalité des chances dans les affaires du pays. Nous sommes contents que ces marchands puissent retrouver une place ou travailler dignement dans le Food Court, mais nous ne comprenons pas cet empressement. D’autant qu’une réunion du conseil est prévue ce vendredi et que cela nous aurait donné l’occasion à tous d’obtenir davantage d’éclaircissements sur ce dossier sensible », a pour sa part affirmé l’unique conseillère PMSD à la municipalité de Quatre-Bornes Poonu Thylam.
Lors de la présentation de sa motion (voir encadré), Rooma Meetoo a expliqué celle-ci par la nécessité d’assainir la ville. « Tous les jours, la population contacte la mairie pour que les trottoirs, avenues et devantures de magasins soient débarrassés de vendeurs illégaux », a-t-elle affirmé. Et de concéder pour conclure que le Food Court n’est pas une initiative de son équipe et qu’elle n’a pas manqué d’évoquer les difficultés ayant empêché de l’ouvrir plus tôt. La motion a ensuite été adoptée à l’unanimité.